Chapitre 13

 

                        La pièce suintait de tout part. La puanteur régnait en maitre dans ces lieux. Les gardes poussèrent les deux filles pour qu'elles avancent plus vite. Des torches éclairaient du mieux le couloir.

 

            Des cris d'agonies et des hurlements de terreurs s'entendaient de plus en plus fort. Les deux filles terrifiées se tenaient par la main. La plus âgée était furieuse contre elle-même. Pourquoi n'avait-elle pas suivi Sethsuno ? Sa jalousie l'avait jeté tout droit dans les bras de Darinos.

 

            Fujin tenait son bras. Les gardes le lui avaient cassé. D'après, le peu qu'elle pouvait entendre, Selphie savait qu'ils avaient devancés Sethsuno. Mais ce qu'elle ne comprenait pas, c'était comment Darinos ou son Grand Chef savaient que ses amis devaient venir sur cette île.

 

            Darinos avait ordonné à un Lynos de les sonder, mais c'était après leur avoir dit leur destination et la raison. La seule chose que le Lynos avait pu faire c'était de confirmer.

            Mon dieu ! Ses amis étaient en danger et elle ne savait pas comment leur venir en aide. La jeune fille trébucha. Elle eut un haut le cœur en apercevant sur quoi elle avait butée. C'était une jambe d'un homme mort depuis quelques jours.

 

            Les gardes s'arrêtèrent devant une porte ouverte. Une cellule avec deux lit souillés. Un des gardes les poussèrent à l'intérieur. Un autre allait refermer la porte quand une voix de femme l'arrêta.

 

            Selphie vit apparaître devant elle, une très belle femme aux yeux verts et à la chevelure châtaine. Sa robe était blanche et transparente.

 

- Alors, voici deux amies de mon fils !

 

            Selphie sursauta, cette femme était Brenda Mudo.

 

- Vous semblez surprise ? Susurra la créature en se passant la langue sur les lèvres. Je suppose que c'est légitime.

 

            La femme émit un petit rire de joie.

 

- Je sais que mon fils arrive, alors, je suis généreuse aujourd'hui. Je vais vous laisser vivre et quand, j'aurais récupérer l'amour de Sethsuno, je lui laisserais le choix de votre mort.

 

            Selphie frissonna horrifiée. Cette femme lui faisait peur.

 

- Comment savez-vous que Sethsuno se dirige vers l'île.

 

            La femme rit de plus belle.

 

- Mais, pauvre idiote, par notre espion. J'adore mon fils, mais je dois dire qu'il choisit mal ses amis.

 

            Remarquant leur tête, elle pouffa de plus belle.

 

- Eh oui ! Chères demoiselles, le traite est parmi vos amis et vous avaient grandis avec lui.

 

            Brenda allait partir quand Selphie lança :

 

- Jamais vous n'aurez votre fils. Il ne vous a jamais aimé. Quand il parle de son passé, il n'avait que le nom de son père. Jamais il nous a parlé de vous et quand il était obligé, c'était avec une parfaite indifférence.

 

            Brenda hurla de rage et se jeta sur Selphie. Mais, la jeune fille s'y était préparer et repoussa la femme et jeta sa jambe en avant. Brenda s'effondra évanouit.

 

            Fujin quand elle, avait réussit a désarmé un garde. Elle parvint également à formuler une incantation et les autres gardes se cognèrent contre un champ de force. Ils tombèrent étourdis. Selphie les acheva. Elle voulut en faire autant de Brenda, mais Fujin l'attrapa et la força à la suivre.

 

- Viens, Selphie. C'est trop risqué de rester ici.

 

 

                        Comme prévue, le voyage dura deux jours, grâce à l'incantation d'Alia a minuit pile avant le départ. Une lumière bleutée était apparue et avait encerclé le bateau. En fait, la voie magique n'e était pas vraiment une. En réalité, le bateau le Mirador suivait le véritable parcourt, mais à une vitesse dépassant l'entendement du Capitaine Fauken. Il ne posa même pas la question du pourquoi de la chose. Fauken songeait que pour sa sauvegarde mieux fallait pour lui ne connaître que l'essentiel.

 

            Le Mirador accosta au ponton. Le Capitaine rejoignit ses passagers sur le pont.

 

- Savez-vous combien de temps vous allez rester sur l'île ?

 

- Non, Capitaine répondit Sethsuno, mieux vaudrait que vous repartiez.

 

Fauken se gratta le menton contrarié, puis il s'exclama :

 

- Bon, je vais ordonner d'éloigner le Mirador. Nous resterons deux jours dans les parages. Au moins, si pendant ce laps de temps, vous désirez repartir, vous ne seriez pas obliger de faire tout le trajet à la nage.

 

            Après des remerciements, Sethsuno rejoignit d'un bond ses amis sur le ponton, suivi de près par Sheba qui gémissait. Elle n'avait pas vraiment envie d'être sur cette île, mais bon, elle devait bien veiller sur son maître.

           

            Les jeunes femmes frissonnèrent d'effroi en entendant les hurlements. C'es cris ne ressemblaient en rien à ceux habituels d'une forêt normale. Le groupe se mit en route. Alia serrait le livre des voies. Elany avait le second dans son sac.

 

            Seifer et Seth tenaient dans leur main leur épée. Cette forêt n'inspirait pas du tout confiance. Pour confirmer cette hypothèse, un petit macaque traversa leur cham de vision et fut harpé par une prétendue racine. Un bruit de gargouillis se fit entendre et l'odeur de sang s'échapper dans l'air.

 

            Pendant près de deux heures, ils marchèrent aux aguets, aux moindre mouvements, aux moindre bruits. Sethsuno stoppa net dans une sorte de plaine et regarda autour de lui. Peut de temps après, Seifer fit de même.

 

- Nous sommes suivis chuchota Elany.

 

            Elle porta sa main sur la poignée de sa dague cachée sous sa veste. Sethsuno secoua la tête.

 

- Non, pas suivis, mais encerclé.

 

            Il leur montra les formes qui commençaient à émerger des arbres. Tous des démons, allant du Lynos, aux Mydraal, aux spectres, des démones ressemblant à des lézards avec des ailes de chauve-souris. Sans se rendre réellement compte, les amis formèrent un cercle. Sethsuno se positionna près d'Alia pour la protéger et serra la garde de son épée. Il aurait besoin de toute sa concentration et de toute son énergie. Il lança à ses compagnons.

 

- N'hésitez pas à vous servir de vos dons. Nous en aurons vraiment besoin. C'est le moment de prouver leur efficacité. Il se mit à réfléchir à grande vitesse.

 

- Ceux dont les armes ne sont pas très tranchante, essayez de vous débarrasser le plus possible des Lynos.

 

            Seifer, Sylen et moi nous devrons faire notre possible conte Mydraals et autres engeances de l'ombres.

 

 

                        Dans un hurlement caverneux, les démons se jetèrent sur eux. Ils furent aussitôt assaillis par une multitude de boules de feu, d'éclair, de tremblement de terre, d'onde de choc.

Certains périrent, d'autres passèrent. Les Spectres n'aimaient pas beaucoup la magie du soin ou autres potions du même genre. Alors, Alia et Elany fouillèrent dans leurs mémoires et lancèrent les formules adéquates. La jeune fille sortait également de ses poches toutes plaintes guérisseuses ou potions.

 

            Les Spectres hurlaient déjà de peur, rien qu'en les apercevant. Sylen se débrouillait du mieux qu'il pouvait contre un des monstres ailés qui se nommaient en réalité Reny. Ces sales bêtes avaient des griffes acérées et des crocs gigantesques. Il avait pu l'empêcher de voler en lui brisant une aile, mais elle était du genre coriace. Le Capitaine frappa sur la droite, mais la créature dévia la trajectoire avec force. Il se sentit partit vers l'avant.

 

            Sylen se redressa et regarda derrière lui avant d'être obliger de parer une épée noire d'un Mydraal. Sheba se redressa du corps de la Reny. Sa gueule dégoulinait du sang de la créature. Puis avec un grognement terrible, elle se jeta sur un autre monstre du même genre. Leur goût était beaucoup moins écœurant que celui des Mydraal et inexistant des Spectres.

 

            Seifer mettait tout son savoir faire contre deux évanescents. Ces créatures poussaient des cris stridents afin de déstabiliser leurs adversaires. Par rapport à Sethsuno, Seifer n'arrivait pas à se concentrer sur deux choses différentes. Alors pour garder un avantage, il arrêta d'invoquer la magie pour mieux se concentrer au combat.

 

            Sethsuno n'avait pas se problème. D'ailleurs, les démons évitaient de se battre avec lui. C'était un fait étrange qu'Alia remarqua. Elle s'aperçut qu'elle était facilement la cible des monstres ailés, mais Seth les empêchait de s'approcher de trop près.

 

            Mais au bout d'un certain temps, le jeune homme aperçut un Papai, il fonçait droit sur son amie. Il hurla à Alia de faire attention. La jeune fille ne comprenant pas, se retourna et reçut l'animal en pleine poitrine. Alia voulut crier, mais aucun son ne voulait sortir. Ses membres s'engourdissaient. Sa vue s'embrouillait. Elle remarqua faiblement que Sethsuno se rapprochait aussi vite qu'il le pouvait mais des Mydraals l'empêchèrent de la rejoindre

 

            Un cri de Reny retentit au-dessus d'elle et elle se sentit soulever de terre. Un hurlement se propagea et Alia sentit des picotements dans tout le corps. Sa vue était revenue, mais en voyant le vide au-dessous d'elle, elle s'évanouit.

 

            Un rayon de la lune traversa la fenêtre et frôla le magnifique visage endormie. Les paupières palpitèrent et s'ouvrirent. Les yeux regardèrent autour d'eux sans savoir où ils se trouvaient. Avec un petit gémissement, le corps se redressa avec difficulté. Il se sentait ankyloser. Le regard couleur chocolat fouilla la pièce. Elle était garnie de quatre fenêtres et d'un sarcophage ou le corps se trouvait.

 

            Celle-ci en chancelant, réussit à descendre. Une main se porta à la tête et repoussa des mèches noires et rousses. Les yeux se baissèrent et s'aperçurent qu'on avait retiré ses vêtements, pour une longue robe jade, serrant la poitrine, puis devenant fluide jusqu'au pied, chaussé de jolie mocassin de même couleur.

 

            Le décolleté de la robe était arrondi et les longues manches moulantes se terminant en pointe. Pourquoi l'avait-on habillé aussi chichement ? Où se trouvait-elle ?  La mémoire lui revint. Une Reny l'avait enlevé après avoir reçu de plein fouet un petit animal, un papaï ! Elle fit quelques pas dans la pièce dans l'intention d'en sortir, mais la porte s'ouvrit à cet instant, laissant le passage sur l'homme le plus laid qu'elle est jamais vu et d'une femme belle, habillée de blanc. Ce fut celle-ci qui prit la parole d'une voix mielleuse.

 

- Tiens, tiens, tiens ! Notre invitée vient de se réveiller. Comment allez-vous très chère ?

 

            Mal à l'aise, la jeune fille jeta un coup d'œil autour d'elle.

 

- N'y pensait même pas ! Vous ne pourrez pas aller très loin. Ce bâtiment est envahi par des Trollocs et des Mydraals.

 

            L'homme s'exclama d'une voix caverneuse.

 

- Comment se fait-il qu'elle puisse bouger et voir, Brenda ?

 

            La femme en blanc eut un geste d'impatience.

 

- Je ne sais pas moi. Tes démons sont des incapables.

 

            La jeune fille observait l'homme et la femme. Elle demanda avec un soupçon de frayeur dans la voix.

 

- Qui êtes-vous ? Et que me voulez-vous ?

 

            Brenda se tourna vers la fille et s'en approcha. Alia reculait à chaque pas que l'autre faisait. Remarquant son manège, la femme se mit à rire.

 

- Tu veux savoir qui nous sommes ? Bien, bien ! Cet homme est le Chef des Chefs des démons que tu as pu rencontrée. Il se nomme Pétrovia. Son nom te dit-il quelque chose ?

 

            Alia se mit à réfléchir en vitesse. Il ne lui était pas inconnu.

 

- Si les livres sont exactes, il y a cinq siècles,  il aurait envahi notre continent. Mais il a tout perdu grâce à la ténacité d'une jeune femme qui avait voué sa vie à la magie et d'un jeune voleur qui savait manier l'épée comme personne. Comme ils ne connaissaient pas le moyen de le tuer, ils l'on enfermé dans un sarcophage et l'aurait scellé avec des sceaux magiques.

           

            Pétrovia éclata de rire.

 

- Oui, j'ai cru pendant des siècles que je resterais infiniment dans ce trou. Le nombre de foi où j'ai maudit cette Déjanire et ce Yoshibee. Mais grâce à Belinda, les sceaux ont finit par se détruire.

 

            Il repartit dans un rire à vous faire frissonner pour l'éternité.

 

- Quand à moi, je suis Brenda Finch, la mère de ton ami Sethsuno.

 

            Alia se retrouva dos à dos avec le sarcophage. La femme s'arrêta près d'elle et d'elle et d'une main lui caressa la joue.

 

- Tu vas nous servir d'appât, ma petite Alia Sumo. Nous allons t'échanger contre Sethsuno et le Médaillon Aladore.

 

            La jeune fille émit un petit rire, surprenant Pétrovia et Brenda. Elle leva son regard vers la mère de son ami et la regarda droite dans les yeux.

 

- Vous croyez réellement que vous pourrez récupérer votre fils, Brenda ? Jamais ! Il a peut-être un peu de votre sang, mais rien en lui ne vous ressemble. Vous voulez savoir pourquoi ? Parce qu'il est un descendant direct de Yoshibee et de Déjanire par Rhys Mudo.

 

            Sans quitter, Brenda des yeux, Alia répliqua pour Pétrovia :

 

- N'avez-vous rien appris pendant votre captivité ? Quand on a un ennemi, mieux vaut le connaître à fond. Le nom familial de Yoshibee était Mudo et cela vous ne l'avez jamais su.

 

            Brenda sentait la fureur monter en elle. Cette fille n'avait absolument pas peur. Elle les regardait avec condescendance. Maudite soit-elle ! Alia reprit :

 

- Qui vous dit que nous avons le Médaillon ?

 

            Pétrovia perturbé par ce qu'il venait d'apprendre, répondit comme un automate.

 

- Par notre espion. Il ne nous a pas réellement dit que vous l'aviez trouvé, mais que vous avez récolté des indices intéressants.

 

            Alia sourit sûre d'elle.

 

- Ah oui, l'espion ! C'était très bien organisé. Bravo ! Mais pas assez ! Sethsuno la démasquait.

 

            Brenda s'écria :

 

- Mensonge ! Il est toujours parmi tes amis.

 

            Alia se mit à rire.

 

- Bien sûr qu'il y est ! Seth n'est pas stupide comme sa mère.

 

            Celle-ci furax se jeta sur Alia. Celle-ci se jeta sur le côté pour l'éviter. Elle passa derrière le sarcophage.

 

- La vérité blesse ? Gloussa la jeune fille.

 

            Brenda porta sa main à son dos et sortit une dague d'or.

 

-Je vais t'enlever l'envie de te moquer de nous, petite garce.

 

            Avec force, la femme se jeta vers l'avant pour toucher Alia qui l'évita de justesse. Pétrovia hurla furieux.

 

- Brenda, cela suffit ! Je veux ce Médaillon. Si pour l'avoir, je dois tuer Sethsuno Mudo, je le ferais. J'en ai plus qu'assez de toi.

 

            Brenda se retourna avec violence vers l'homme.

 

- Ah ! Tu en as marre de moi ? Pauvre imbécile ! Sans moi, jamais tu ne pourras conquérir le monde.  C'est moi qui détiens la formule pour libérer Bélinda.