Chapitre 26

 

            Kaigan se réveilla en sursaut encore tout ensommeillé. Il regarda l’heure à son réveil et eut une exclamation. Dix heures venaient de sonner et personne n’avait songé à le réveiller. Il se redressa rapidement. Il se dirigea en râlant vers la salle de bain qu’il partageait avec son frère habituellement.

 

            Il se déshabilla en jetant son linge dans le panier avant d’entrer sous la douche. Le jet d’eau lui fit un bien fou. Il ferma les yeux. Il songea à ses quelques jours qui venaient de passer. Il soupira en pensant à son frère. Depuis que Hans avait décidé de sortir pour de bon avec Shion Morita, Kaigan ne le voyait pratiquement plus.

 

            Auparavant, son frère l’aurait réveillé à coup d’oreiller afin qu’il l’accompagne pour sa course du matin au parc, mais il ne le faisait plus. Il ne faisait plus cas de lui, maintenant. Il ne lui était plus d’utilité. En tout cas, Kaigan avait cette étrange impression. Il se sentait coupable de songer ainsi, mais il se rendait compte qu’il devenait jaloux de la relation exclusive entre Hans et Shion.

 

            Ces deux hommes étaient devenus inséparables. Kaigan en était un peu choqué. Hans ne l’avait jamais été avec Rojer. Pourtant, il l’avait aimé et il l’aimait encore un peu. Aucun d’eux n’avait été l’exclusivité de l’un ou l’autre. Hans agissait vraiment différemment. Est-ce pour éviter d’avoir le même genre de relation qu’il avait eu avec son ex ? Ou pour une tout autre raison ?

 

            Kaigan n’arrivait pas à déterminer s’il appréciait réellement Shion ou pas. Il le trouvait trop étrange pour être son ami. Il n’arrivait pas à être à l’aise avec cet homme. Pourtant, il resterait aimable et le supporterait pour le bonheur de son frère. Hans l’aimait. Il n’y avait aucun doute là-dessus. Kaigan ne comprenait pas pourquoi il ressentait un malaise. Il avait comme un pressentiment. Un sentiment qu’il le faisait paniquer. Quelle en était la raison ?

 

            Dès qu’il sortit de la salle de bain, il se dirigea vers la cuisine. Il sentait le café tout frais. Pourtant, il ne rencontra pas âme qui vive. Il se sentait vraiment esseulé, un peu abandonné. Il soupira à fendre l’âme. Que pourrait-il faire un samedi grisâtre ? Il n’en savait rien. Peut-être devrait-il appeler Alvis pour être réconforté ? Il secoua la tête. Alvis s’éloignait. Il le sentait. Elle faisait sa vie en France et lui au Japon. C’était incompatible. Il ne pouvait pas lui en vouloir. En plus, elle s’occupait de deux associations l’une sportive et l’autre associative pour les personnes dans le besoin. Elle avait réussi à embarquer Rand et Léon.

 

            Pour le premier, elle avait utilisé adroitement Maqui pour le faire céder. Chose très facile à faire étant donné l’amour fou qui existait entre ces deux-là. Pour le deuxième, elle trouva l’excuse de lui faire changer les idées. Après l’attaque de Candice, Léon devint encore plus silencieux qu’il ne l’était déjà. Hans lui avait annoncé que le jeune homme avait quitté l’école avant la fin et travaillait désormais dans le bâtiment. Il apprenait ainsi sur le tas.

 

            Cody Amory avait tout tenté pour le dissuader de quitter l’école. Il lui conseilla d’intégrer une école pour plutôt un apprentissage, mais Léon fit à son idée. Hans affirmait toujours que quand Léon avait une idée derrière la tête, personne ne pourrait le faire changer. C’était quelqu’un de borné, mais de réfléchi. Il n’agissait jamais sans en avoir pesé le pour et le contre.

 

            Kaigan posa sa tête de morose contre-la table. Il était bel et bien en train de déprimer. Que devait-il faire pour changer ? Il en avait marre. Où se trouvait sa motivation ? Shin lui apprenait son métier depuis quelques jours. Dans un mois, Shin, Sawako et lui partiraient à Hokkaido pour une durée indéterminée. Une situation paniquant pour Kaigan ! Il n’avait jamais été éloigné de son frère autant de temps.

 

            Il était le seul à faire du surplace. Hans ne tarderait pas à vivre avec Shion, il travaillait à temps plein dans une école maternelle du quartier. Alvis avait retrouvé du travail dans une crèche. Elle aidait son père à retrouver sa dignité, plus les associations, elle n’avait plus beaucoup de temps pour l’écouter dans ses lamentations. D’ailleurs, elle n’avait plus la patience non plus. Elle lui avait bien fait sentir. Même son meilleur ami Rand, lui faisait des reproches. Il lui avait clairement avoué que si Alvis trouvait un mec un peu moins con que lui, il ferait en sorte qu’elle aille avec ce type.

 

            Kaigan l’avait très mal pris. Il avait raccroché violemment. Quelques minutes plus tard, Rand avait rappelé sur le portable d’Akira. Il lui avait balancé ses quatre vérités avant de raccrocher en colère. Kaigan s’en souvient. Il avait eu un petit rire après. Rand n’était pas le petit fils de Carlin Oda pour rien. Pourtant, aucun lien de sang ne les reliait, mais côtoyer un homme comme cet artiste vous transformait toujours et à jamais. Depuis, ils avaient fait la paix, mais Rand ne s’excusa pas le moins du monde. Kaigan ne le fit pas non plus.

 

            Se prenant la tête entre ses mains, Kaigan décida qu’il devrait vraiment se prendre en mains. Il devait accepter de couper le cordon avec son frère. C’était même peut-être à cause de ce lien qu’il voulait à tout prix garder qui avait nui à la relation de son frère avec Rojer. En y songeant, Rojer était du même type que ce Shion. Rojer voulait être le centre d’intérêt de la personne aimée comme beaucoup veulent l’être, mais Hans devait toujours se départager entre son petit ami et son frère. Cela ne devait plus arriver.

 

            Kaigan se décida enfin. Hans ferait sa vie avec Shion. Il pourra enfin être heureux sans se préoccuper de son frère à tout bout de champ. Alvis pouvait reprendre sa liberté. Il ne lui en voudra pas si par malchance, elle rencontre quelqu’un d’autre qui pourrait la rendre heureuse. Il l’aura bien cherché, après tout. Il ne se mettrait plus en colère contre son meilleur ami quand celui-ci lui ferait les pires reproches possibles. Il eut un petit rire. Ce dernier élément, il n’était pas sûr d’y tenir. Personne n’aimait les remarques. Il suivrait Shin et Sawako et apprendrait tout ce qu’il y a à savoir sur ce métier que veut lui faire découvrir Shin. Il ne voulait plus être un boulet. Il devait agir en conséquence afin d’être fier de lui quand il regarderait son chemin parcouru dans quelques années.

 

            Il en était toujours plongé dans ses pensées quand il entendit la porte d’entrée s’ouvrir et de claquer avec grand bruit. Hans pénétra dans l’appartement et déposa un sac blanc devant son frère. Avec curiosité, Kaigan y jeta un coup et se lécha les babines en y apercevant de petits pains au chocolat. Il se servit sans rien demander avant. Hans émit un petit rire et il se laissa tomber sur une chaise avec un soupir.

 

— Remercie ton frère adoré ! Tu ne sais pas combien de boulangerie, j’ai pu faire pour te trouver de petits pains aussi croustillants.

 

— Aligato marmonna la bouche pleine Kaigan. Son moral remontait à bloc dès la présence de son frère. Où as-tu mis Shion ? C’est rare de ne pas le voir avec toi.

 

            Hans s’étira et haussa les épaules. Il pencha la tête et piocha à son tour dans le sac. Il mordit à pleine dent dans un petit pain avant de répondre.

 

— Chez Araki.

 

— Est-ce que ça va bien entre vous ? demanda Kaigan. Il avait l’impression que quelque chose clochait.

 

— Mmmh ! Je croyais que tu n’aimais pas trop parler de mes relations avec les hommes. En tout cas, il est rare les fois où tu m’as posé des questions quand j’étais avec Rojer.

 

— Je sais. Je suis pudique, moi ! Tu sembles juste un peu perturber. C’est tout.

 

            Hans adressa un sourire amusé à son frère.

 

— Kaigan, je ne te dirais rien, car cela va te mettre dans l’embarras. C’est une histoire de sexe. Veux-tu vraiment tout savoir ?

 

            Mal à l’aise aussitôt, Kaigan s’agita sur son siège. Il aurait dû s’en douter. Hans se mit à rire.

 

— Ne t’inquiète pas. Je n’étale pas ce genre de renseignement. Je peux très bien m’en occuper. J’ai juste l’impression d’être une vierge timorée. Alors, que faisais-tu tout seul dans ton coin ?

 

— Rien. Enfin si, je commençais à déprimer. Je faisais mon analyse.

 

— Ah ! Et alors ?

 

— Alors ? Je suis un boulet pathétique.

 

            Hans observa son frère parler. Il fut un peu surpris par ces mots un peu durs.

 

— Tu es trop dur avec toi, aniki. Certes, tu n’es pas parfait. Enfin, c’est normal. C’est moi qui suis la perfection incarnée.

 

— Bah voyons ! Rien que ça ! Tes chevilles ne sont pas trop enflées ?

 

— Quoi ? Ce n’est pas vrai ? répliqua Hans, le sourire aux lèvres. Il reprit sur un ton plus sérieux. Tu es comme tu es, Kaigan. Tu choisis ton chemin plus lentement que nous autres. Ce n’est pas très grave en soi.

 

            Kaigan laissa tomber sa tête entre ses mains. Il secoua la tête.

 

— Peut-être, mais je perds trop de choses importantes, Hans. Chaque fois, c’est pareil. Je suis celui qui trinque !

 

            Hans se pencha et donna un coup sur la tête de son frère.

 

— Ah ! Tu penses perdre Alvis. Fort possible ou pas. Peut-être ira-t-elle voir d’autres expériences, mais elle t’aime beaucoup, Kaigan. Elle ne veut pas t’enfermer dans une relation instable. Elle te laisse la liberté. Peu de femmes seraient capables de faire ce qu’elle fait. Rand, Léon et même Rojer vont veiller sur elle. Si par malheur, elle a des ennuis ou si elle a besoin d’aide, elle pourra compter sur eux. Ils ne la laisseront pas tomber. Au fil du temps, elle a pris autant d’importance que nous à leurs yeux. Alors au lieu de te préoccuper d’elle ou de moi, occupe-toi de toi à plein temps.

 

            Kaigan eut un léger sourire. Finalement, son frère ne le laissait pas en plan. Il l’avait mal jugé. Hans reprit de plus belle.

 

— Et arrête d’être morose ! Tu vas me foutre les jetons. Ah ! J’oubliais. Tu sais Hokkaido ce n’est pas si loin et le téléphone cela n’existe pas pour rien. Si tu veux me joindre, tu connais mon numéro de téléphone. N’est-ce pas, baka ?