Chapitre 4

 

            Ywain s'en voulait un peu. Il se sentait lâche. En informant le Premier enchanteur, il avait trahi le peu d'amitié de Jowan. Avant d'obéir aux ordres donnés par Irving, Ywain préféra s'éloigner et se rendre dans son futur appartement. La pièce avait été aérée.

 

            Le jeune mage s'approcha de la baie vitrée. Il passa la petite porte pour rejoindre le balcon. Il avait ainsi une vue magnifique sur le lac Calanhad. Au loin, il pouvait apercevoir à peine les tours du château de Golefalois, le domaine du Iarl Eamon, l'oncle du Roi Caillan de Férelden.

 

            Ywain s'appuya contre la balustrade en soupirant de frustration. Avait-il eu raison de trahir son ami ? Quelque chose ne tournait pas rond chez Jowan. Il le ressentait au plus profond de lui-même. Un bruit le fit se retourner. Il eut la surprise de trouver le garde des ombres, Duncan. Celui-ci l'observait en silence depuis un moment.

 

— Désolé de vous déranger. Je voulais me rendre à la bibliothèque et j'ai dû me tromper de chemin. Cette tour est un vrai labyrinthe.

 

            Ywain hocha la tête avec un sourire amusé.

 

— C'est vrai que les constructeurs de cette bâtisse ne l'ont pas faite pour être faciles. Je vais vous remettre sur la bonne route.

 

            Le jeune mage conduisit le garde des ombres vers la sortie de ses appartements. Il lui indiqua le chemin à suivre. Il allait retourner dans ses pensées quand Duncan chuchota avant de reprendre la route.

 

— Parfois trahir ses amis peut être une manière de les aider contre eux-mêmes. Il faut aller de l'avant et faire ce qui est juste en suivant son cœur, jeune Ywain.

 

            Le jeune homme observa disparaitre cet étrange personnage au tournant. Il resta indécis un petit instant avant de prendre enfin sa décision. Si ces pas l'avaient conduit devant Irving, ce devait être un signe. Jowan lui mentait sur le fait qu'il voulait une vie normale. Il devait y avoir une véritable raison et celle-ci ne lui plairait pas le moins du monde. Il le sentait.

 

            La phrase de Duncan concernant certaines trahisons n'arrêtait pas de tourner en boucle dans sa tête. Il espérait sincèrement avoir raison. Ywain se rendit à nouveau à la chantrie. Il y trouva comme prévu la jeune femme. Celle-ci lui fit un sourire aguichant. Décidément, il n'y arriverait pas avec cette Lily. Il l'informa d'une voix un peu sèche qu'il les aiderait, mais que c'était la dernière fois qu'il le ferait.

 

            Elle lui annonça alors que pour entrer dans le sanctuaire, ils auraient besoin d'un sceptre de feu. Ywain soupira. Il se rendit dans la réserve et le demanda. L'Apaisé Owen lui indiqua qu'il lui fallait l'autorisation écrite du Premier Enchanteur. Ywain comprenait maintenant pourquoi Irving lui avait remis un certain document. Dès qu'il reçut le sceptre, il rejoignit Jowan et Lily à l'étage de la bibliothèque. Là, ils se rendirent dans une pièce d'étude. Qui aurait pu imaginer que l'entrée du sanctuaire se trouvait dans une salle d'étude des apprentis ?

 

            Grâce au sceptre et par le mot de passe dont Lily avait réussi à prendre connaissance par ses propres moyens, un pan de mur s'ouvrit laissant assez de passage pour une seule personne à la fois. Ils se retrouvèrent devant un long escalier en colimaçon. Après une petite hésitation, le groupe se mit à descendre.

 

            Combien de temps mirent-ils pour arriver enfin à la fin des marches ? Ils ne seraient pas le dire. Mais, ils n'eurent pas le temps d'y songer. Ils se firent attaquer par la première sentinelle, un soldat de pierre. Celle-ci se mettait en marche dès qu'il sentait une once de magie dans l'air. Ywain songea que c'était son deuxième combat. La première fois, c'était contre un démon. Cette fois, un esprit enfermé dans une statue. Qui les avait créés ? Le cercle ? Ywain n'y croyait pas trop. Il fallait d'immenses pouvoirs pour pouvoir arriver à ce niveau. En y réfléchissant, deux races pourraient éventuellement en être capable, les Tévinters et les Elfes noirs.

 

            Le combat contre le soldat de pierre fut plutôt facile. Un simple éclair le balaya sans problème. Ywain devait avouer que c'était son sort préféré, mais il savait pourquoi Jowan avait eu besoin de lui. Non seulement il n'aurait pas réussi à obtenir un sceptre à part le voler, et il aurait été massacré par le soldat de pierre sans problème. Ywain caressa le bois d'ébène de son bâton de mage.

 

            Le bâton lui servait de catalyseur de magie. Il put apercevoir sa puissance tour le long du chemin jusqu'à une vieille bibliothèque. Ils rencontrèrent bien d'autres sentinelles avec en plus des araignées géantes. Beurk ! Pourquoi ses charmantes créatures étaient-elles toujours là où elles n'étaient pas la bienvenue ?

 

           

            Ywain observa la pièce avec fascination. Il y avait d'innombrables livres rares. Il y avait une telle richesse culturelle qu'il aurait aimé s'attabler et plonger éternellement dans la lecture. Ce serait véritablement le pied. Malheureusement, Jowan n'était pas de cet avis. D'ailleurs, étant donné la colère qui se figeait sur son visage, Ywain préféra se concentrer sur la recherche d'un indice lui permettant de trouver les phylactères.

 

— Lily ! Tu as dit qu'ils étaient ici, explosa Jowan.

 

— Ils sont là. Je t'assure. Mon information est juste.

 

            Ywain tomba sur une étagère différente des autres. Les livres n'avaient rien d'extraordinaire et en y regardant mieux, ils avaient été écrits récemment. « Pas très intelligent ! Songea Ywain ».

 

— Par ici ! Aide-moi Jowan.

 

            Les deux hommes poussèrent la bibliothèque et un trou apparut juste derrière. Ywain secoua la tête. C'était vraiment d'une simplicité ! Jowan poussa un cri de joie. Il passa le premier, mais il s'arrêta net. Devant lui, trois sentinelles se trouvaient justes devant une table qui contenait les fameux phylactères. Ywain arriva entre temps. Il soupira. Il avait tant espéré qu'il n'y aurait plus de combat. Pfft !

 

            Avec une rapidité étonnante, les sentinelles leur foncèrent dessus avec une violence incroyable. Ywain et les deux autres eurent juste le temps de s'éjecter sur les côtés. Le jeune mage se remit rapidement debout et entonna aussitôt une incantation. Trois éclairs frappèrent les sentinelles qui se trouvaient justes au-dessus de la jeune femme prête à l'embrocher.

 

            Jowan avait quant à lui profité du fait que les soldats de pierres étaient occupés pour éclater tous les phylactères. Il riait de joie. Ywain aida la jeune femme à se remettre debout. Le sentiment étrange qu'il avait envers Jowan commençait sérieusement à le titiller. Celui-ci n'avait rien fait pour protéger la femme qu'il prétendait aimer. Celle-ci commençait d'ailleurs à s'en rendre compte étant donné le regard blessé qu'elle jetait à son prétendant.

 

            Le retour se fit dans un silence pesant, mais tranquille. Ywain sentait la pression arrivée à grands pas. Jowan avançait d'un bond pas, l'esprit serein. Il ne se rendait pas compte de son attitude. Il se trahissait de lui-même. Lily se rendait compte qu'elle avait été manipulée comme une bleue, alors qu'elle avait l'habitude d'en faire autant. Elle se décomposait à vue d'œil.

 

            Alors, elle ne fut pas surprise à la sortie du sanctuaire de se retrouver devant le Premier Enchanteur Irving et du Chevalier Capitaine Greagor, accompagné de deux templiers. Ywain resta à l'écart. Jowan se décomposa et une fureur apparut dans son regard. Il venait de comprendre qu'il avait été trahi, mais il n'arrivait pas à savoir par lequel de ses compagnons.

 

— Irving, vous aviez raison. Je n'aurais pas imaginé que ce garçon aurait eu le courage et les tripes pour tenter de s'enfuir. Mon garçon, tu viens de signer par toi-même ton jugement. Quelle folie t'est passée par la tête ?

 

            Le chevalier se tourna ensuite vers la jeune femme.

 

— Alors toi, tu déshonores Andrasté elle-même. N'as-tu aucune honte de prétendre la servir alors qu'il n'en est rien ? Ton châtiment sera à la mesure de ta trahison envers ta déesse. Emmenez-là !

 

            Un templier s'approcha de Lily et lui agrippa le bras. Celle-ci tétanisée se tourna vers Jowan. Elle voulait l'appeler à l'aide, mais celui-ci avait le regard d'un fou. Il avait la respiration plus rapide. L'autre templier fit le geste de lui attraper le bras afin de l'emprisonner, mais d'un geste d'une violence inouïe Jowan le repoussa. Son visage était transformé par la haine. Jowan cracha en sortant une dague de sous sa robe d'apprentie.

 

— Allez pourrir en enfer ! Je ne deviendrais pas votre pantin !

 

            D'un geste sec, il se coupa la main tout en murmurant une incantation. D'un mouvement de la main, il éjecta le sang en direction du Chevalier et du Premier Enchanteur. Celui-ci se coagula et devient de fines lames. Elles foncèrent à une rapidité effrayante vers les deux hommes qui ne pouvaient agir aussi vite. Pourtant, les fines lames de sang s'écroulèrent sur le sol dans un bruit sec. Jowan hurla de rage et de haine. D'un autre mouvement, il éjecta à nouveau du sang autour de lui et un nuage apparu le faisant disparaitre.

 

            Ywain baissa son bâton avec lassitude. Il avait dû prendre dans ses réserves pour pouvoir créer un bouclier magique aussi rapidement. Sentant une main retirer d'un geste sec une fine lame de sang, Ywain sut qu'il avait au moins réussi à sauver les deux hommes, même si une lame s'était faufilée pour se ficher dans son épaule. Il sentit peu après le pouvoir de guérison du Premier Enchanteur. Le jeune mage le remercia d'un sourire.

 

— Vous ? S'exclama alors le Chevalier Capitaine, d'une voix où perçait une certaine colère. Qu'est-ce qui vous as prit d'aider cette hérésie ?

 

            Ywain se tendit. Il n'avait fait que suivre les ordres. Où avait-il fauté ?

 

— Greagor ! Ne vous en prenez pas à mon disciple ! Il n'a fait que suivre mes ordres. Je me posais des questions depuis un moment sur Jowan. Vous vous en posiez également surtout avec la disparition et la mort de plusieurs animaux domestiques. Quand Ywain m'a fait part des intentions de Jowan, j'ai pensé que ce serait une manière rapide de le prendre sur le fait de son crime.

 

            Silencieusement, Duncan, le garde des ombres, se rapprocha d'Ywain. Le jeune mage semblait complètement perdu. Il avait imaginé plusieurs scénarios, mais pas celui-ci. Jowan était un mage du sang. Mais qu'est-ce qui lui avait pris d'en devenir un ? C'était le crime à ne pas commettre. Ywain ferma les yeux. Il savait que Jowan était perdu. Tous les mages succombant à la tentation du sang ne pouvaient plus être sauvés. Être mage du sang était une hérésie, un crime impardonnable.

 

— C'était stupide ! Comment allons-nous faire maintenant pour le retrouver sans son phylactère. Vous pouvez me le dire, monsieur le malin !

 

— Et bien si vous me laissez parler une seconde au lieu de hurler, vous apprendrez que les phylactères du sanctuaire n'étaient rien d'autre que des faux. Jowan n'est pas assez puissant pour s'en être rendu compte. Je les avais ensorcelés afin de lui faire croire que le sien s'y trouvait.

 

            Estomaqué et admiratif également, Greagor se calma aussitôt. Il se gratta un instant la tête avant de laisser entendre.

 

— Je croyais que cette capacité était celle des Elfes noirs du désert Arboria.

 

— Vous oubliez bien trop vite mon cher Chevalier Capitaine que j'ai été jeune un temps.

 

            Ne retenant pas le sarcasme dans la voix du Premier Enchanteur, Greagor se tourna alors vers le jeune mage qui attendait la sentence avec appréhension. Il soupira.

 

— Que vais-je faire maintenant, Irving ? Si notre jeune ami rejoint le cercle sans sanction, même si nous savons très bien qu'il n'a rien fait dans cette histoire, je ne vous dis pas le chaos que cela va provoquer.

 

— J'ai la solution, répondit alors Duncan silencieux jusqu'à maintenant.

 

            Ywain le regarda surpris. Greagor fronça les sourcils. Il savait très bien ce que cet homme allait leur demander. Il jeta un coup d'œil vers le jeune mage. Il n'aimait pas du tout cela, mais il n'avait pas vraiment le choix. Il n'allait quand même pas punir ce garçon qui les avait aidés et sauvés par la même occasion. Pouvait-il laisser partir un mage dans la nature sans surveillance ? Jetant un autre coup d'œil vers Irving, il sut. Il le pouvait. Tout du moins, celui-là, il le pouvait. Il faisait confiance au jugement d'Irving.

 

— D'accord, garde des ombres. Je vous confie ce garçon. Son talent sera plus utile à combattre les créatures que vous pourchassiez, plutôt qu'à rester ici à tourner en rond.

 

            Greagor se tourna vers Ywain qui ne comprenait pas encore tout.

 

— Fais la fierté du cercle, jeune Ywain. Et surtout, ne me fais pas regretter de t'avoir donné la liberté.