Finalement, j'ai réussi à avoir un peu de temps pour vous faire un chapitre. J'espère qu'il vous plaira comme tous les autres auparavant. A bientôt.

 

Chapitre 39

 

      Il s'en fichait royalement de savoir que Sasha était réveillé et se porter bien. La seule chose qu'il voulait, c'était le voir par lui-même. Sergio tourna en rond dans sa chambre d'hôtel. Il en avait assez. Voulait-on le punir de quelque chose ? Voulait-on le punir de l'accident qui avait bien failli leur couter la vie ?

 

      Même s'il avait toujours su que sa relation avec Sasha ne durerait pas éternellement, il avait quand même été secoué d'apprendre que le garçon l'avait facilement remplacé. Sergio se souvint de sa première rencontre avec le nouvel amant de Sasha. Sergio serra les dents. Ce Xavier était plus jeune de quelques années, mais il semblait bien de corps et d'esprit. Il était mature pour son âge et, plutôt responsable.

 

      À vrai dire, Sergio n'arrivait pas à lui trouver un seul défaut et cela l'enrageait un peu. Chaque fois où il se rendait à l'hôpital et apercevait ce jeune homme, Sergio l'observait de loin. Il se rendit compte qu'il l'enviait. Certes, leurs vies à tous deux n'avaient rien en commun, mais Sergio sentait bien que la vie de Xavier n'avait pas toujours été tendre non plus. Il se demandait même comment aurait réagi celui-ci à sa place.

 

      Sergio avait déconné et avait passé quelques années en prison. Il était presque certain que ce Xavier aurait agi différemment. C'était son sentiment. Pourtant en discutant avec Dylan un matin, il avait fait la rencontre d'un autre homme, le meilleur ami de Xavier, Mako Marcello. Sergio fut étonné par ce jeune homme également. Apercevoir chez une personne un caractère différent par rapport au physique lui fit un drôle d'effet ; rares étaient les personnes de ce genre donc une rencontre très appréciable.

 

      Sergio apprécia tout de suite cet homme. Il discuta longuement avec lui. Il voulait en savoir plus sur le Sasha amnésique. Il eut d'ailleurs beaucoup de mal à le reconnaitre dans la description de Mako, sauf au début. Sergio apprit que le plus gros changement de Sasha a été grâce à sa relation avec Xavier. Mais, Mako précisa que le changement avait été bénéfique pour les deux. Si Sasha était différent par rapport à quelques mois plus tôt, c'était le cas également pour Xavier.

 

      Après un énième tour de chambre, Sergio attrapa ses clefs de voiture et il se décida d'agir. Il fonça vers sa voiture et se rendit à l'hôpital. Cette fois-ci, il pénétrerait de force s'il le faut dans cette maudite chambre interdite. Arrivé sur les lieux, il repéra facilement Dylan. Celui-ci était captivé par une jolie blonde. Sergio eut un léger sourire. Son ami semblait reprendre vie.

 

      Il se dirigea d'un bon pas vers l'étage. Il ne croisa personne. Il en fut assez étonné. Arrivée à bon port, il stoppa net devant la chambre 211. Il hésita. Il jeta un nouveau coup d'œil autour lui. Toujours personne en vue. Alors avec un soupir, il ouvrit la porte et pénétra dans la chambre.

 

      Sasha était toujours allongé sur le lit, mais légèrement redressé. Il lisait une bande dessinée, semble-t-il. Enfin, c'est ce que pensait Sergio. En tout cas, le garçon semblait très captivé par ce qu'il regardait. Sergio le dévora des yeux. Il s'était fait un sang d'encre pour celui-ci depuis sa disparition. Le bandage autour de la tête n'empêchait pas le garçon d'être toujours magnifique. Les yeux bleus ciel de Sasha quittèrent finalement le livre pour se poser vers l'italien.

 

      Sergio sursauta. Ce regard était très différent de celui dont il se souvenait. Ce regard était limpide, serein. Il l'avait toujours connu avec des doutes, peu sûrs et tremblant, un regard cherchant à être aimé. Mais, maintenant, c'était tellement différent. Sergio ressentit un petit pincement au cœur. Il n'avait pas été celui qui avait aidé ce garçon.

 

— Tu en as mis du temps pour venir me rendre visite, Sergio, lança le jeune alité.

 

      Sergio fronça les sourcils.

 

— Je n’y peux rien. C'est la faute à ton pitbull.

 

      Un sourire naquit sur les lèvres du garçon.

 

— Depuis quand as-tu peur d'un chien enragé ? Je croyais que tu étais doué pour dresser ce genre de chien.

 

      Plus détendu, Sergio se rapprocha et s'installa sur un siège libre, près du lit. Il répliqua :

 

— J'ai un peu perdu la main, on dirait. D'ailleurs, je suis étonné qu'il ne soit pas encore présent.

 

— Il est à la cantine avec maman. Depuis mon opération, maman ne mange pas assez. Il l'a emmené de force. Il lui a dit que si elle ne mangeait pas toute seule, il lui donnerait à manger comme à un petit enfant capricieux. J'aimerai bien voir ça. Ce n'est pas juste.

 

      Sergio eut un petit sourire un peu triste. Sasha parlait de Xavier avec un tel naturel.

 

— J'ai toujours cru que tu avais des soucis avec ta mère. C'est vraiment l'impression que tu nous donnais.

 

      Sasha frôla le livre qu'il regardait. Carlin Oda était venu lui rendre visite avec les jumeaux Soba. Sasha en avait été très heureux, car il avait appris que le peintre détestait les hôpitaux. Il avait été touché. Carlin lui avait remis deux carnets avec un petit sourire malicieux. Le premier était des nus. Le deuxième avait été le plus surprenant. C'était portrait de toutes les personnes qu'il connaissait et appréciait dans cette ville. Il y en avait de toutes sortes. Il y avait des portraits de Raven, d'Asia, de Xavier, de son père et d'Elone, de Hans et Kaigan, mais aussi du docteur Miori, d'Aline, de Cheryl et bien d'autres.

 

      Sasha en avait eu les larmes aux yeux. C'était un cadeau de luxe. Le garçon ne savait pas comment remercier pour un cadeau pareil. Carlin lui avait juste demandé de guérir vite et de venir lui rendre visite afin de lui démontrer à quel point il était bon musicien comme Reï.

 

      Sasha soupira. Il devait s'excuser. Il prit son courage à deux mains.

 

— Je suis désolé. Je n'ai jamais eu de souci avec maman. Je l'adore. J'aime son côté double personnalité. Par contre, ses amants m'ont souvent posé problème. Alors, je m'évadais souvent quand ils étaient présents. Je crois que je ne voulais pas la partager avec eux. Il y a aussi mon ancien lycée. Il était horrible. Il me faisait peur.

 

      Sasha garda le silence un moment avant de reprendre. Sergio digérait petit à petit ce qu'il entendait.

 

— Tu l'as vu par toi-même. J'aimais me rendre au métro. J'observais les gens autour de moi et j'essayais d'imaginer leur vie. Elle devait être différente de la mienne. Et puis, j'aimais le bruit train. C'est un peu idiot. Mais, cela me faisait du bien. Je n'ai jamais eu un seul instant imaginé intenté à ma vie.

 

— J'ai dû te sembler très idiot, rétorqua Sergio, en grimaçant.

 

      Les joues de Sasha virèrent aux roses. Il s'agita un peu mal à l'aise.

 

— Non, je n'ai jamais pensé à toi comme à un idiot. J'ai été surpris, j'avoue. Et puis, tu n'es pas le seul à m'avoir dragué dans ce métro.

 

      Sergio sursauta. Première nouvelle. Sasha tourna la tête vers son ex-amant avec un sourire amusé.

 

— Tu as quand même remarqué que tu n'avais pas été mon premier. Tu n'as pas été aveugle à ce point.

 

— Ne te fous pas de moi, Sasha.

 

      Le garçon se mit à rire. Sergio en fut un peu remué. Il l'avait rarement entendu. C'était agréable à entendre.

 

— Loin de moi, cette pensée ! Vous m'avez accepté. J'ai été tellement content que je ne savais plus comment vous faire comprendre que vous vous trompiez sur mon compte. Vous étiez mes premiers amis. J'ai toujours eu maman et personne d'autre.

 

— Tu es et tu seras toujours notre ami, Sasha.

 

— C'est vrai. Je n'ai pas été sympa avec toi, Sergio. Je n'ai pas rompu avec toi normalement. Je suis profondément désolé.

 

      Sergio baissa la tête pour cacher son trouble. Il soupira un bon coup avant d'émettre un petit rire. Il finit par trancher.

 

— Ah mazette ! Il est impossible de t'en vouloir éternellement. J'ai passé d'agréablement moment avec toi, Sasha. Je ne garderais que les bons souvenirs et oublier les autres. De toute façon, je sais d'avance que face à ton pitbull, je ne fais pas le poids. Alors, toujours ami ?

 

      Sergio tendit la main vers le garçon qui ne ressemblait plus à une faible créature. Sasha la prit entre là sienne avec grand plaisir. Il était content d'apprendre qu'il ne perdrait pas leur amitié. Il poussa un petit cri quand Sergio tira légèrement pour l'approcher. L'italien en profita de la surprise pour embrasser le garçon en pleine bouche.

 

      Il ne gouta pas longtemps ses lèvres qu'il avait bien aimées auparavant, Sasha le repoussa presque aussitôt. le garçon lui jeta un regard noir. Il n'était pas content. Sergio eut un léger sourire. Il s'exclama :

 

— C'était une punition. Même si je te pardonne, j'ai quand même le cœur brisé par ta faute.

 

      Sasha détourna son regard vers la fenêtre, mal à l'aise.

 

— Je suis désolé, sincèrement désolé.

 

— C'est bon, Sasha. Si tu veux bien, nous n'en reparlerons plus jamais. Te savoir en vie est le plus important. Sassy n'a jamais perdu espoir de te retrouver, tu sais.

 

      Sasha reprit une certaine contenance. Il se tourna à nouveau vers son ami.

 

— Je serais heureux de serrer à nouveau Sassy dans mes bras. Tu voudras bien l'amener la prochaine fois.

 

— Promis. Elle va déjà me massacrer d'être venu te voir sans elle.

 

      Sasha émit un petit rire. Il frôla d'un doigt son bandage sur le crâne.

 

— Je suis désolé. Elle ne me verra pas aussi sexy qu'auparavant. Dire qu'elle s'était amusée comme une folle avec les tresses. Pfft ! Sergio, tu veux bien me faire une promesse.

 

      La voix très sérieuse du garçon l'intrigua.

 

— Je t'écoute.

 

— J'aimerais que tu arrêtes de jouer à l'idiot avec Sassy. Je sais très bien que tu ressens quelque chose pour elle et tu sais aussi que c'est réciproque.

 

— Sasha...

 

— Non, ne te défile pas, Sergio. Notre relation aurait par lâcher un jour et tu sais très bien pour quelle raison. Sassy sera toujours entre tes relations et toi. Tu n'es pas le seul fautif. Elle aussi devra se remettre en question. Aline est une excellente psychiatre. Je suis sûr qu'elle pourra l'aider. Il y a d'autres personnes avec qui elle pourra discuter. J'en connais une. Je ne sais pas trop son passé, mais j'en ai eu quelques échos. C'est un sacré phénomène et un excellent cuisinier. Je suis sûre que Sassy devrait le rencontrer.

 

      Sergio allait prendre la parole pour essayer encore une fois de changer le sujet, mais il n'en eut pas besoin. Edwyn Flagan entra dans la chambre d'un pas assez précipité. Il ne fut pas vraiment surpris de la présence de Sergio.

 

— Bonjour papa.

 

      Edwyn hocha la tête sans répondre. Il était inquiet. Sasha le remarqua rapidement. Quelque chose clochait. Il le sut de suite quand son père lui demanda :

 

— As-tu croisé ta mère et Xavier, Sasha ?

 

— Ce matin. Xavier a emmené maman à la cantine.

 

— J'en reviens. Il n'y a plus personne. Mais, j'ai retrouvé leurs portables sur une des tables. Merde ! Lâcha Edwyn, en se passant une main nerveuse dans les cheveux.