Chapitre 33

 

      La soirée chez Aline Descamps se passa dans la bonne humeur. Xavier ennuya sa mère tout le temps où elle se prépara pour son rendez-vous. Il ne la lâcha pas d’une semelle. Elle l’adorait, mais il pouvait être pénible parfois quand il décidait de jouer les garde-chiourmes. Heureusement, il le faisait juste par amusement.

 

      Pendant qu’il ennuyait sa mère, Sasha, Mako et Cheryl jouaient aux cartes dans la cuisine en attendant que les lasagnes cuisent. La table avait été installée dans la salle à manger. Mako et Sasha ne se gênaient pas de temps en temps à lancer des piques à Xavier. Le jeune homme songea d’ailleurs à se venger sur leurs moqueries.

 

Aline finit par partir sur le coup de dix-neuf heures. Xavier rejoignit alors les trois autres dans la cuisine. Au lieu de s’asseoir gentiment au côté de Sasha, il vira le garçon pour prendre sa place et le réinstalla sur les cuisses. Celui-ci râla pour la forme.

 

      Après le repas, les jeunes regardèrent un film d’horreur. Mako dut subir les sarcasmes de Xavier et ceux de Sasha sur sa phobie de ce genre de film. Pour Cheryl ; elle avait pensé être seule ce soir ; elle était ravie de sa soirée. Elle n’avait pas ri autant depuis fort longtemps.

 

      Sa colère contre son frère semblait être un lointain souvenir. Elle ne savait même plus pourquoi il l’énervait auparavant. Peut-être était-ce dû à son côté trop protecteur envers sa mère et elle-même ? Elle reconnaissait fort bien qu’il l’avait souvent soutenu enfant quand ses camarades se moquaient d’elle. En primaire, certains la laissaient de côté pour la simple excuse que son père l’avait abandonné.

 

      Vers Minuit, Mako les abandonna pour rentrer chez lui. La jeune fille suggéra de jouer à la console. Sasha accepta. Il y jouait seulement depuis qu’il vivait chez son père. Il aimait bien. Elle choisit un jeu de course. Elle laissa les garçons jouer, pendant qu’elle se dirigea vers la cuisine pour préparer des bols de chocolat chaud.

 

      En route, elle jeta un coup d’œil vers le salon où ils s’y trouvaient. Elle se détourna rapidement, les joues rouges. Son frère avait attendu qu’elle s’éloigne afin d’embrasser Sasha. N’empêche, elle était assez surprise. Son frère était sorti avec d’innombrables filles, mais jamais, il ne les avait emmenés chez eux.

 

      Elle avait pensé qu’il ferait pareil avec Sasha. Le fait qu’il soit un homme ne l’avait même pas choqué. Elle avait juste imaginé qu’il agirait de la même manière. Prendre ce qu’il désirait, consommait puis jetait. C’était ainsi qu’il avait toujours agi de façon assez froide. Julie lui racontait souvent des horreurs sur l’attitude de son frère. Elle ne savait pas si elle devait tout croire, mais elle se doutait que certaines étaient véridiques.

 

      Xavier n’était pas un ange, il ne l’avait jamais été. Il n’aimait pas être traité de lâche, de bon à rien et autre qualificatif du même genre. Aline avait souvent eu des convocations avec les professeurs en primaire, tout comme au collège. Il s’était calmé quand Mako avait fait irruption dans leur vie.

 

      Julie affirmait que Xavier finirait par se lasser de son nouveau joujou, un moment ou un autre. Cheryl jeta un nouveau coup d’œil vers le salon. Les deux hommes étaient concentrés sur le jeu, maintenant. Elle secoua la tête. Son amie se trompait. Cheryl le sentait. Pour la première fois, son frère était bel et bien tombé amoureux. Si par malheur, Sasha décidait de faire une crasse à Xavier, celui-ci ne s’en relèverait pas de sitôt.

 

      Le lendemain, Aline se leva vers les neuf heures. Elle trouva son fils déjà attablé pour le petit déjeuner. Elle l’embrassa. Celui-ci l’observa en silence un long moment. Elle dut subir son regard tout le temps qu’elle se prépara également son repas. Enfin, elle s’installa en face de lui. Elle s’exclama :

 

— Où as-tu mis, Sasha ?

 

— Il dort encore. Pfft ! Il affirme que je l’ai achevé. C’est une petite nature.

 

      Sa mère se mit à rire.

 

— Le pauvre. Je le comprends aisément.

 

      Xavier tiqua. Il jeta un regard noir à sa mère.

 

— Tu insinues quoi ! M’man ?

 

— Tu le sais très bien. Tu es usant parfois.

 

      La tête posée dans sa main, le coude sur la table, il fit la moue. Il demanda finalement :

 

— Alors, comment était ta soirée ?

 

— Très agréable.

 

— Et ?

 

      Aline se pencha un peu et donna un coup sur la tête de son fils trop curieux.

 

— Et c’est tout. Je ne te dirais rien d’autre. Ça ne te regarde pas, monsieur le curieux.

 

      Nouvelle moue. Il soupira fataliste. Il laissait tomber. Sa mère ne lui dirait rien d’autre de toute façon.

 

— Xavier, il faut que je te parle de quelque chose.

 

      Le jeune homme se redressa. Le ton de sa mère était redevenu plus sérieux.

 

— Je suis tout ouïe.

 

------------------------------

 

      Sasha se réveilla en sursaut. Il soupira en jetant un coup d'œil vers la table de chevet. Le réveil manquait onze heures déjà. Il se laissa retomber lourdement sur le matelas. Il se sentait fatiguer.

 

      Il se leva rapidement et s'habilla. Il voulait prendre une douche, mais il attendrait d'être chez Xavier. Hors de question de rester trop longtemps chez Aline. Ce n'était pas parce qu'il n'appréciait pas la famille de son petit ami, mais juste parce qu'il désirait être seul avec Xavier et surtout dans le studio.

 

      Après être sorti de la chambre, il se dirigea vers la cuisine d'où des voix provenaient. Xavier et Aline s'y trouvaient en grande conversation. Ils se turent à l'apparition du garçon. Celui-ci se demanda la raison, surtout après avoir aperçu le regard sombre de Xavier. De quoi parlaient-ils, tous deux ?

 

— Alors, enfin réveillait Marmotte, s'exclama Xavier, retrouvant sa bonne humeur.

 

      Sasha se rapprocha de la table. Il se fit harper par son petit ami. À vrai dire, il avait encore sommeil. Assis maintenant sur une cuisse, il se laissa aller contre le torse en soupirant. Aline émit un petit rire.

 

— On dirait bien qu'il n'a pas encore tout à fait immergé. Qu'allez-vous faire, maintenant ? Restez-vous manger ?

 

      Xavier n'eut pas besoin d'hésiter. Sasha s'était légèrement tendu. Le garçon ne voulait pas être désagréable, mais il désirait autre chose apparemment.

 

— Non, nous allons rentrer au studio. Ce sera plus calme pour que monsieur fasse ses devoirs.

 

      La réaction de Sasha ne se fit pas attendre. Il donna un coup de coude dans le sternum de Xavier. Celui-ci grimaça.

 

— Tu pourrais oublier ce détail, te plais, marmonna Sasha, d'une voix grinçante.

 

      Les deux jeunes gens ne restèrent pas plus longtemps chez Aline. Elle les regarda partir avec un petit sourire triste. Elle avait longuement discuté avec Mark Adréakis, la veille. Ils avaient parlé de leur vie et surtout de leurs enfants. Ils s'étaient rendu compte tous deux à quel point la vie était passée à une vitesse bien trop rapide.

 

      Pendant le trajet en voiture jusqu'à l'appartement de Xavier, Sasha faillit s'endormir à plusieurs reprises. Il s'en demandait la raison. Habituellement, il n'était pas un gros dormeur. Bah ! C'était peut-être bien la faute à ce stupide étudiant qui l'empêchait de dormir tranquille.

 

      À peine entré dans le studio, il s'écria qu'il allait prendre une douche et qu'ensuite, il expédierait ces foutus devoirs pour être tranquille. Xavier l'observa en silence. Il était un peu soulagé de retrouver Sasha avec de l'entrain. L'inquiétude l'avait un peu submergé face à cette fatigue.

 

      Pendant ce temps, Xavier prépara un simple repas de pâte et de jambon. Sasha mangea très peu, prétendant n'avoir pas très faim. Ensuite, le garçon harcela Xavier pour qu'il vienne l'aider en Math. Ils perdirent la moitié de l'après-midi. Xavier eut beau expliquer le plus facilement possible, Sasha ne comprenait rien dans cette matière. Au bout du compte, il en eut assez et il envoya tout balader.

 

      Sachant très bien que Xavier allait le gronder sur son attitude enfantine. Il commençait à très bien cerner son homme. Il l'en empêcha en l'embrassant à pleine bouche avant de s'écarter rapidement. Être dévoré à nouveau ne lui déplairait pas, mais ses fesses lui en voudraient beaucoup.

 

      Il s'exclama alors qu'il voulait prendre l'air. Il harcela pendant presque une heure afin de faire céder Xavier. Le jeune homme l'avait fait exprès. Lui aussi désirait prendre l'air, mais il trouvait amusant de faire grailler le garçon. Il aimait voir jusqu'à quel point Sasha irait pour avoir gain de cause.

 

      La nuit commençait à poindre son bout du nez quand ils sortirent. Le vent s'était levé. Sasha râla bien évidemment. Il se plaignit du froid. Xavier se moqua. Après tout ? Qui voulait sortit ? Sasha le traita de tous les noms tout en lui attrapant la main pour le forcer à se mettre en marche.

 

      Ils marchèrent ainsi dans le quartier pendant une heure environ. Sasha n'avait pas retiré sa main de celle de Xavier. Celui-ci se laissa faire. Si cela choquait certaines personnes, il s'en fichait royalement. Au retour, Daisuke Oda les arrêta. Il les invita à venir boire une boisson chaude au bar.

 

      Ben Amory était absent. Il semblait qu'il était tombé malade. Daisuke faisait donc le service à la place de son employé. Il savait bien qu'il aurait pu appeler Xavier pour le remplacer, mais celui-ci semblait content d'avoir son week-end pour être avec Sasha. En les voyant ensemble, Daisuke sut qu'il avait agi de la bonne manière.

 

      De nouveaux clients arrivèrent. Daisuke abandonna les deux jeunes à leur table. Sasha observa autour de lui. Le propriétaire les avait placés à la table préférée de son cousin. Le garçon comprenait très bien le pourquoi. Cette table était positionnée dans un endroit discret et en même temps, elle englobait toute la salle. D'ici, il pouvait observer les clients dans leur ensemble.

 

      Il jeta un coup d'œil vers l'étudiant, en face de lui. Xavier était perdu dans ses pensées. Sasha fronça les sourcils. Il avait le même regard sombre que le matin même. Après une hésitation, il finit par demander.

 

— De quoi parliez-vous ce matin ?

 

      Le jeune homme sursauta. Il leva un regard, étonné.

 

— De quoi ?

 

— Ce matin quand je suis arrivé dans la cuisine, tu discutais avec Aline. De quoi parliez-vous ?

 

      Mal à l'aise, Xavier détourna le regard.

 

— De rien d'important.

 

      Sasha eut un mouvement d'humeur.

 

— Merde ! Arrêtez d'agir avec moi comme si je ne peux pas comprendre. C'est soulant à la fin.

 

— Pourquoi te fâches-tu ? Ce n'est pas comme si cela te concernait.

 

— Arg ! Quand j'ai des soucis, tu me forces à te les dire, alors pourquoi je ne devrais pas en faire autant. Faudrait peut-être arrêter de croire que je suis fragile ! Aux dernières nouvelles, je suis amnésique, pas malade.

 

— Ok, ok. Maman m'a juste dit que Grand-père désirait me parler seul à seul. Après être parti le soir de la nouvelle année, je n'ai plus eu de nouvelles d'eux. Et là, tout à coup, il désire me parler. Il a refusé d'en dire la raison. Je ne sais pas trop quoi faire, c'est tout.

 

      Sasha posa sa tête sur sa main, le coude posé sur la table. Il but une gorgée de jus de fruit avec une paille. Il eut un petit sourire.

 

— Avoue, tu as la trouille.

 

— Non, je n'ai pas la trouille.

 

— Si, tu l'as.

 

— Non, je ne l'ai pas, répéta Xavier, lançant un regard noir à ce maudit sourire convaincu.

 

— Tais-toi, tête d'âne ! Je te dis que tu as la trouille, alors tu l'as, un point c'est tout, répondit Sasha, d'un ton sans réplique.

 

      Xavier laissa tomber. Il n'aurait pas le dernier mot de toute façon. Mais, il se sentait mieux. C'était stupide, mais il avait l'impression d'être plus léger. Sasha reprit :

 

— Demain.

 

      Xavier leva les yeux, stupéfait. Qu'est-ce qu'il disait ?

 

— Quoi demain ?

 

— T'es bête ou quoi ? Marmonna le garçon.

 

      Il reprit, ne faisant pas cas du froncement de sourcil de son petit ami qui n'appréciait pas de se faire traiter de stupide.

 

— Je répète donc : demain matin, tu iras voir ton Grand-père. Comme cela, tu sauras.

 

— Et toi ? Que feras-tu ?

 

      Sasha lui adressa un large sourire satisfait.

 

— Moi ? Je ferais la grasse matinée, bien sûr.

 

      Xavier ne put répliquer, car Daisuke revint auprès d'eux. Un peu plus tard, Juntsou, le compagnon du propriétaire du « Cool Baby », vint les rejoindre également. Ils passèrent la soirée avec le couple.

 

      Ils rentrèrent très tard le soir. Les deux jeunes se couchèrent sans plus tarder. Sasha se réveilla plusieurs fois à cause d'un cauchemar. Quand Xavier se leva le lendemain, le garçon dormait à poings fermés. D'un geste tendre, il le recouvrit. Quoi que son Grand-père voulût lui parler, il avait tout intérêt d'être rapide dans son explication, car Xavier ne voulait pas laisser Sasha seul, sans surveillance.

 

      Le garçon se leva vers les dix heures. Il avait encore sommeil, mais il n'arrivait plus à dormir. Xavier lui avait laissé un mot. Il le caressa d'un doigt. Il était touché par cette délicatesse. Il prit une douche rapide. Il porta plusieurs fois la main à sa tête. Une douleur lancinante lui vrillait les tympans.

 

      Il n'en chercha pas vraiment la cause. Ce devait être la faute du manque de sommeil. Quand onze heures sonna, il soupira. Xavier n'était pas encore rentré. Pfft ! Mais, quelle idée lui avait pris de l'envoyer aujourd'hui chez son Grand-père ?

 

      Sasha posa sa tête contre son bras en soupirant. Il avait de plus en plus mal à la tête. Il se leva lentement. Il se dirigeait vers le canapé quand la porte d'entrée finit par s'ouvrir. Xavier faisait son apparition enfin.

 

      Sans plus attendre, le garçon fonça sur son petit ami. Xavier eut juste le temps de le rattraper, inquiet.

 

— Sasha ? Qui y a-t-il ?

 

— Je ne me sens pas très bien, entendit-il faiblement.

 

      De plus en plus inquiet, Xavier jeta un rapide coup d'œil autour de lui. Il repéra le manteau de Sasha sur le sol, près de la cuisine. Il le ramassa, le jeta sur les épaules du garçon. Il souleva Sasha dans ses bras. Le garçon semblait n'avoir plus de force.

 

      Xavier fonça à sa voiture. Il déposa Sasha à l'arrière. Il démarra ensuite sur les chapeaux de roues. Il n'avait pas vraiment réfléchi. Mais, le plus simple était d'emmener directement Sasha à l'hôpital. Là-bas, ils sauront quoi faire, n'est-ce pas ?

 

      La route sembla durer une éternité pour le jeune homme. Il jetait des coups d'œil fréquent à l'arrière. Il parlait à Sasha. Il lui posait des questions sur n'importe quoi. Il le faisait afin que Sasha reste lucide. Il paniquait quand aucune réponse n'arrivait de suite.

 

      Il arriva enfin. Il aida Sasha à descendre. Le garçon parvint à monter les marches de l'hôpital et alors, tout se passa à une allure folle. À peine arrivée à l'accueil, Sasha s'écroula dans les bras de Xavier. Un médecin arriva rapidement sur les lieux avec des infirmiers.

 

      L'un d'eux souleva le garçon pour le mettre sur un brancard. Xavier observait tout cela halluciner. Que venait-il de se passer ? Pourquoi Sasha avait-il perdu connaissance d'un seul coup ? Il recula. La panique commençait à le prendre en tenaille. Il observa comme dans un cauchemar le brancard s'éloigner avec Sasha à son bord.

 

      Pourquoi personne ne lui disait-il rien ? Une infirmière arriva entre temps. Elle aperçut le visage pâle du jeune homme. Elle le força à s'asseoir dans la salle d'attente. Elle lui posa quelques questions différentes. Xavier répondit par instinct.

 

      Quand elle s'éloigna. Il cacha sa tête dans ses mains, les coudes posés sur les jambes. Il n'arrivait pas à immerger. Il voulait sortir du cauchemar. Ce n'était pas vrai, n'est-ce pas ? Quand il se réveillerait, Sasha serait près de lui. C'était juste un cauchemar, hein ? Pas vrai ? Pas vrai ?