P.-S. : Oui, je sais très bien ce que vous pensez. Je n'ai pas fini les autres histoires que j'en écris encore une nouvelle. Que voulez-vous que je vous dise ? Je suis désolée, c'est plus fort que moi.

      Pour petite information, cette histoire a des connotations d'un jeu que j'ai adoré jouer, Dragon Âge. Bon, les lieux sont les mêmes, certains personnages sont les mêmes aussi, mais l'histoire de Férelden, enfin de la contrée, n'est pas la même, sinon il me faudrait des heures et des heures pour raconter la véritable histoire de ce pays. Vous vous en lasserez très vite, je pense, comme je l'ai été.

      Bon, ce premier chapitre parle un peu de Férelden, j'espère que ce n'est pas trop barbant. Évidemment, je ne vais pas raconter la véritable histoire de Dragon Âge, mais elle y ressemblera assez, enfin j'espère. Je risque fort de rajouter d'autres races. Dans Dragon Âge, il y a les humains, les elfes ainsi que les Nains. Bonne lecture.

 

-----------------------------------------

 

Chapitre 01

 

      Férelden est une contrée verdoyante, tempérée et sauvage. Que ce soit par le Nord ou par l'Est, elle est entourée par l'océan d'Amaranthine ou la mer d'écume. Par l'Ouest, il y avait la possibilité de se rendre à Orlaïs, mais pour cela il fallait faire beaucoup de marche en traversant les montagnes sacrées.

 

      La direction du sud ? Il est vrai qu'un passage s'y trouvait, mais pour cela, il fallait pouvoir rester en vie. Personne, semble-t-il, n'avait réussi à traverser les Terres sauvages de Korcari. Tous les aventuriers assez stupides pour l'explorer n'étaient jamais revenus pour parler de ces terres. Des rumeurs affirmaient que des Sorcières y vivaient.

 

      Férelden était gouverné par un Roi élu par son peuple, il y avait de cela bien fort longtemps. Pendant des siècles, la contrée avait été dirigée par un homme cruel et sans loi. Il imposait des conditions de vie tellement horrible que le peuple avait fini par se révolter avec certains nobles. Ils avaient demandé l'aide des Gardes des ombres. Ceux-ci ne voulurent pas en entendre parler. Ils étaient après tout les gardiens de la terre. Ils intervenaient en cas d'invasion de monstres, de démons en tout genre et surtout si arriver un enclin.

 

      Ces gardes étaient formés pour combattre le mal à l'état pur, des démons, des monstres et surtout l'Archidémon quand celui-ci se réveillait pour détruire toute vie sur Terre. Ils n'étaient pas là pour combattre des humains, mais ils furent obligés d'entrer dans le combat quand le Roi ordonna leurs éliminations totales.

 

      Les gardes des ombres Féreldiens se battirent jusqu'aux derniers souffles. Si le tyran fut anéanti enfin après plusieurs années de guerre, ce fut grâce aux derniers gardes des ombres. C'était une jeune femme téméraire et aux caractères aiguisés. Elle savait manier une épée comme personne. Elle permit aux peuples et aux nobles révoltés de s'emparer du château où se terrait le Roi. Elle avait été gravement touchée, mais pour son honneur, elle ne voulut pas mourir de la main d'un humain.

 

      Elle se dirigea vers Orzammar, la ville sous terre des Nains. Elle se rendit dans les tréfonds où vivaient les pires abominations, les soldats de l'Archidémon, des créatures qui n'avaient plus rien d'humain. Même les animaux les plus féroces étaient des nounours comparés à ses horribles choses contre nature. La jeune garde des ombres en tua énormément avant de succomber à la douce voix de la Mort.

 

      Pendant ce temps, le Roi fut brûlé vif sur la place publique. Il n'eut pas les derniers sacrements puisqu'il avait renié toute croyance. Ensuite, il eut la fête avant que les dissensions reprirent. Certains se disputèrent pour le trône. Finalement, un homme sortit du lot. Il calma les esprits et il fut à l'unanimité élu comme nouveau Roi.

 

      Cet homme gouverna avec sagesse et bonté. Attitude qui ne plut pas à beaucoup de monde, surtout les nobles ! Ceux-ci complotèrent derrière le Roi afin de l'éliminer, mais ce nouveau Roi avait des amis importants et loyaux. Ils déjouèrent à chaque fois les complots. Ainsi Férelden eut une longue période de paix avec quelques conflits avec Orlaïs, une contrée à l'ouest, caché par les montagnes sacrées.

 

      Ainsi de génération en génération, chaque mâle royal prenait la couronne de Lys et gouvernait comme leur père leur avait appris. Le dernier en date, Caillan, âgé de vingt et un ans, venait de prendre les rênes, après la mort tragique de son père assassiné par un Corbeau. Corbeau ? Pas le volatile, mais une secte d'assassin. Les corbeaux venaient de la très lointaine citée d'Antivan.

 

      Si par malheur un contrat avait été signé à votre encontre, vous ne pouviez pas réchapper à une mort tragique. Aux dernières nouvelles, aucune de leurs cibles n'avait jamais survécu. Qu'importe la difficulté, les Corbeaux obéissaient qu'à une seule règle : toujours exécuter le contrat, même si celui-ci est annulé. Par contre si le client ne s'acquittait pas de sa dette, il risquait fort de rencontrer la lame aiguisée d'un assassin à son tour. Pas de plaisanterie avec ces Antivans !

 

      Heureusement, Caillan n'était pas seul. Le héros de Férelden, le grand Commandant de son armée, Loghain, l'aidait beaucoup dans sa dure tâche. De plus, il avait eu la chance d'épouser la fille de celui-ci, Anora. Elle était très aimée du peuple. Elle avait en plus beaucoup de caractère.

 

      Alors que tout semblait calme, il se révéla une vérité dure à avaler. Une rumeur affirmait que des hordes d'Hurlocs, d’horribles monstres sortaient des tréfonds et commençait à envahir par petites troupes certaines campagnes. Était-ce vrai ou faux ? Si cela était véridique, alors cela signifiait qu'un enclin se préparait. Si par malheur, l'Archidémon se réveillait, ce serait la plus Grande Guerre que Férelden n'avait plus connue depuis des lustres.

 

-----------------------------

 

      Bien des lieues de la ville de Dénérim, où se trouvait le Roi, un homme de grande stature, habillé d'une longue tunique cachant les cottes de mailles et portant deux épées sur le dos, se dirigeait d'un pas rapide et sûr à travers un chemin jalonner de fougères et toutes autres plantes dans la forêt épaisse de Korcari.

 

      L'homme n'était en rien un aventurier, c'était avant tout un redoutable guerrier. Les sorcières si celles-ci existaient, hésiteraient sans nul doute à l'affronter. Il s'enfonça profondément dans ces Terres inconnues. Pourtant, il n'eut pas besoin d'aller si loin avant de rencontrer des éclaireurs Hurlocs. Les créatures hurlèrent en le voyant avant de foncer tête baissée vers lui.

 

      L'homme dégaina ses deux épées et il en fit du menu fretin en moins de temps pour le dire. Ensuite, il ramassa une grande feuille pour essuyer les lames couvertes de sang noir, un sang maudit qui empoisonnait toute personne touchée. La plupart des blessés finissaient par devenir une de ces créatures. Pour éviter de devenir un monstre, il y avait deux moyens.

 

      L'un radical : se trancher la gorge. Le second : avoir un garde des ombres dans les parages. Mais, dans ce cas de figure, peut-être que la mort était bien plus douce.

 

       Sur le visage buriné couvert d'une barbe courte, des traces d'inquiétude se lisaient. Sans plus attendre, il se dépêcha de se rendre sur la petite colline qui surplombait une immense vallée.

 

      Son inquiétude se changea en fatalisme. Au loin, il apercevait des feux par milliers et parmi eux, se trouvaient toutes sortes de créatures tout aussi laides que les hurlocs, mais encore plus dangereuses. L'homme porta sa paume sur son front couvert de sueur. Il devait se dépêcher de trouver des recrus. Ses semblables n'arriveraient pas à temps avant le massacre.

 

      Il devait faire vite, mais en même temps, il se devait de les choisir avec discernement. Peu de recrus survivaient à l'épreuve. Il le savait et il en était désolé pour ces pauvres bougres, mais il n'y avait pas d'autres choix. Après un soupir, l'homme se détourna et retourna sur ses talons. Duncan, garde des ombres, devait trouver des recrues de qualité. Il n'avait pas une minute à perdre, car seul un garde des ombres serait en mesure de tuer un Archidémon et personne d'autre.