Chapitre 25

 

      Sasha ne s'attarda pas trop de peur que les filles ne changent à nouveau d'avis. Ben le regarda avec la même envie. Après ce qu'il venait de vivre ce matin, il aurait préféré rester seul. Jessica eut le culot de le rendre responsable de sa tromperie. Il hallucinait. Elle avait couché avec un autre homme dans son appartement et c'était sa faute à lui ! Mais où allait le monde ?

 

      Soi-disant qu'il la délaissait un peu trop. Elle s'ennuyait. Pfft ! Il devait travailler. Il n'y pouvait rien. Il avait quand même un loyer à payer. Il ne pouvait pas rester avec elle vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Madame avait le droit de voir ses amies, mais pas lui. Bon, il n'en avait pas beaucoup, en fait un seul. Et en plus, celui-ci habitait sur Bordeaux. Il ne pouvait pas le voir aussi souvent qu'auparavant.

 

      Maintenant, il pouvait aussi considérer Xavier Descamps comme un ami. Celui-ci était plutôt doué pour vous faire craquer. L'étudiant l'avait écouté sans broncher, avant de lui payer une bonne bière bien fraiche pour se rafraichir les idées. Ensuite, le patron était venu lui annoncer qu'il pouvait rentrer chez lui. Il lui donnait sa journée. Ne voulant pas rester dans l'appartement un peu vide ; Jessica lui avait piqué la moitié de ses affaires ; il s'était décidé à faire ses courses de Noël.

 

      Au bout d'une heure, il finit par se dire que finalement, ce n'était pas plus mal d'être l'esclave des deux filles. Sa sœur et son amie Raven lui changèrent radicalement son humeur. Elles firent leur possible pour le dérider et elles furent vite récompensées. Peu de temps plus tard, Asia eut la surprise de croiser Harumi Sanada. La maman de son ami Sawako était accompagnée par un jeune homme d'une vingtaine d'années.

 

      Asia le reconnut assez vite surtout grâce à son frère. Mako Marcello était le meilleur ami de Xavier Descamps, le collègue de travail de Ben. Harumi fut heureuse de les rencontrer en chemin. Asia l'adorait. Cette femme était toujours de très bonne humeur, toujours joyeuse. Elle était très douce et en même temps, elle n'était pas le genre à se laisser marcher sur les pieds. Elle avait aussi un côté rêveur et surtout, une beauté aussi sauvage que son fils.

 

      Harumi expliqua qu'elle faisait ses cadeaux pour sa famille, mais étant donné qu'elle avait beaucoup à faire, elle avait demandé à Mako de l'aider. Elle raconta aussi qu'elle avait souvent rencontré le jeune homme près de sa boutique de fleur, mais aussi à la bibliothèque. Raven, elle, fut carrément scotchée face à la double personnalité de Mako. Elle ne le connaissait pas avant. C'était sa première rencontre avec ce garçon. Pourtant, elle resta sidérée de voir que le physique et le caractère étaient si opposés. C'était étrange, mais amusant. En fait par certains côtés, Ben et Mako se ressemblaient.

 

      L'un et l'autre n'avaient pas du tout la même allure, mais au niveau caractère, ils étaient assez semblables. Ben montrait une allure de dur à cuire, alors que Mako avait le physique d'un mannequin. Mais, cela ne les empêchait pas d'être timides et un peu gauches. C'était mignon.

 

      Pour finir la journée, Harumi les invita à dîner au restaurant où son fils adoré travaillait. Asia et ses amis ne refusèrent absolument pas l'invitation. Ils voulaient encore rester avec cette femme si gentille et surtout comment refuser de manger les plats de Sawako Sanada, le meilleur cuistot du coin ?

 

-------------------------------------

 

      Sasha fila vers l'arrêt de bus. Il arriva juste à temps pour prendre celui qui arrivait. Il allait dans la direction où il voulait aller. Il se laissa tomber sur un siège et il se mit à regarder le paysage défilé. Les routes avaient été dégagées afin de faciliter le passage. Après trois arrêts, il descendit au coin du quartier africain. Il espérait que Xavier travaillait encore. Il ne voulait pas se rendre à l'appartement de celui-ci.

 

      Il ne le détestait pas, bien au contraire, il s'y sentait bien. Mais, il n'avait pas vraiment envie de rester seul avec Xavier. Il ne se sentait pas encore prêt pour aller plus loin. Sasha se dirigea vers le bar. En jetant un regard autour de lui, il s'aperçut que la salle d'exposition était ouverte au public. Il fut tenté d'aller y jeter un coup d'œil, mais il s'en abstient. Devant la porte, il hésita un instant avant de se décider à entrer.

 

      Les habitués étaient présents. Ils discutaient joyeusement. Certains jouaient au dé ou aux cartes. En s'approchant du bar, il aperçut le patron. Sasha fut un peu déçu. Daisuke l'avait reconnu. Il le salua.

 

— Salut Microbe. Qu'est-ce qui t'amène ?

 

      Sasha secoua la tête exaspérée.

 

— Je suis juste venu boire un jus d'orange.

 

      Daisuke se mit à rire et répliqua :

 

— Mais bien sûr. Tu as fait tout ce chemin juste pour boire un jus d'orange. Ce n'est pas Xavier que tu veux voir plutôt.

 

— Vous êtes agaçant.

 

      Tout en déposant la canette de jus d'orange devant le garçon, Daisuke se remit à rire. Il aimait bien embêter ses petits jeunes. Il se pencha un peu et il avoua :

 

— Si tu veux le voir, il est dans le bureau. C'est juste après cette porte au fond.

 

      Sasha baissa ses yeux vers sa cannette en se mordant les lèvres. Daisuke s'éloigna pour servir un nouveau client. Un sourire esquissa ses lèvres quand du coin de l'œil, il vit le garçon se diriger vers le bureau.

 

      Sasha s'arrêta devant la porte avant de frapper. Il inspira un bon coup quand il attendit la voix lui dire d'entrer. Xavier, la tête baissée, s'occupant de la comptabilité, ne vit pas tout de suite le garçon. Il fut surpris de le voir et surtout si silencieux et gauche.

 

      Xavier leva enfin les yeux vers Sasha qui restait près de la porte sans bouger. Quelle surprise ! Il finit par s'exclamer.

 

— Je ne vais pas te manger, tu sais.

 

      Sasha sentit ses joues s'enflammer. Il s'approcha du bureau avant de dévier et s'installer sur le canapé qui se trouvait sous la fenêtre. Xavier le suivait du regard mettant encore plus à mal le garçon.

 

— N'étais-tu pas avec tes amies aujourd'hui ?

 

— Euh ! Je l'étais. Je dérange ?

 

      Xavier soupira. Il se leva et se dirigea vers le canapé à son tour. Il se laissa tomber au côté de Sasha. Celui-ci se tendit.

 

— Tu es bien susceptible, aujourd'hui.

 

— Et alors ? J'ai le droit d'être de mauvaise humeur.

 

      Xavier en ayant déjà assez, attrapa le bras de Sasha et le chavira contre lui. Le garçon poussa un cri de surprise. Il ne put se redresser, car un étau lui encerclait la taille. Le regard vert se fixa sur celui bleu ciel. Sasha se troubla. Le visage de Xavier finit par se baisser et ses lèvres emprisonnèrent les siennes.

 

      Sasha ne savait plus quoi penser. Plus, il restait avec l'étudiant, plus il se sentait envahi par ses émotions. Il se laissait embarquer par la passion. Quand ils s'écartèrent, Sasha posa son front contre la poitrine de Xavier.

 

— Pardon, lâcha-t-il.

 

— De quoi ?

 

— De mon attitude.

 

      Xavier leva une main et d'un doigt joua avec une tresse africaine. Il aimait bien cette couleur cendrée.

 

— Tes cheveux, Sasha. Sont-ils bouclés ?

 

— Mes cheveux ? Non, ils sont lisses. N'aimes-tu pas mes tresses ?

 

 

      Xavier déposa un baiser sur la natte qu'il tenait.

 

— Je me posais juste la question. Ça ne me dérange pas plus que cela. Juste qu'elles ne te mettent pas en valeur.

 

      Sasha leva les yeux vers l'étudiant. Il avait le regard pensif.

 

— Si tu me demandes de les couper, je le fais.

 

— Pourquoi ferais-je cette demande ? Je n'ai pas l'intention de te changer, Sasha. Tu es comme tu es.

 

      Le garçon pencha la tête semblant réfléchir.

 

— Ça signifie que tu me prends avec mes énormes défauts ?

 

      Xavier émit un rire.

 

— Mmmh ! Et bien, ça fait partie de ton charme. Alors, ces courses ? C'était comment ?

 

— C'est ennuyeux de faire les courses. Pourquoi achètent-elles tant de cadeaux ?

 

— Parce que c'est Noël. Elles veulent faire des cadeaux à ceux qu'elles aiment.

 

      Mal à l'aise, Sasha finit par demander.

 

— En as-tu fait aussi ?

 

— Oui, bien sûr. C'est le seul jour où je peux gâter ma mère et ma sœur.

 

      Sasha cacha son visage contre la poitrine de l'étudiant. Il demanda anxieux :

 

— Est-ce que c'est mal si je n'en fais pas ?

 

      Xavier serra la taille de Sasha un peu plus fort, comme pour le réconforter.

 

— Non, ce n'est pas grave. Les personnes qui t'aiment n'attendent pas des cadeaux. Le simple fait que tu leur dises que tu les aimes leur suffira amplement.

 

— Mais le fait que je risque d'avoir des cadeaux, ce serait plus correct d'en offrir aussi. Non ?

 

— Sasha, tu te tracasses pour rien. Ta famille ne va pas te faire la tête parce que tu ne leur offriras rien à Noël. Comment faisais-tu avant ?

 

      Sasha se serra un peu plus. Il était vraiment trop bien dans les bras de Xavier.

 

— Euh ! Maman et moi, on faisait les fous jusqu'au petit matin, juste nous deux. Il n'y avait pas de cadeau. Nous n'en avions pas besoin. Cela ne m'a jamais manqué. Je m'amusais toujours très bien avec elle. On se tapait des délires de fou. C'était vraiment génial. Ça fait drôle maintenant. Ce Noël sera différent. Ça me fait un peu peur.

 

      L'étudiant déposa un baiser sur le crâne de Sasha. Il finit par demander.

 

— Je finis dans une demi-heure. Ça te dit d'aller refaire quelques courses, mais dans un endroit différent.

 

      Sasha s'écarta légèrement. Encore les magasins ? Xavier reprit.

 

— Je vais t'emmener à un petit marché de Noël. Il se trouve dans la ville voisine. C'est en plein air. Je suis sûr. Ça va te plaire et pour la première fois de ta vie, tu vas faire des cadeaux.

 

      Après tout, il sera encore un peu plus longtemps avec Xavier, quoi demander de plus ?

 

— D'accord, mais avant il faut passer à la maison. Il faut que je récupère quelque chose. Tu m'aideras à choisir, hein ?

 

— Promis, répondit Xavier, avant de déposer un baiser sur les lèvres chaudes de Sasha.