Chapitre 24

 

      Les jours suivants, Sasha n'eut pas l'occasion de réfléchir à la proposition du musicien, Reï Kashino. Asia et Raven l'avaient embarqué, les jours restants de Noël pour qu'il les aide dans leurs achats de cadeaux. En vérité, elles avaient eu besoin de ses bras. Quand il comprit finalement qu'il servirait de porteur, il râla comme pas possible.

 

      Asia songea que son jeune ami ressemblait par certains aspects à Carlin Oda et à son fils Luce. Eux non plus n'aimaient pas être manipulés, n'aimaient pas recevoir des ordres. Ils aimaient que tous aillent dans leur sens. Ils étaient remuants, ils n'avaient pas leurs langues dans leur poche et surtout, ils étaient capricieux à souhait. Parfois, elle enviait la patience de Renko Miori. Il fallait suivre sa pile électrique. Ce n'était pas toujours facile.

 

      Quant à Erwan Miori, le petit ami de Luce, elle ne l'enviait pas. Luce pouvait être bien pire que son père. Mais Erwan pouvait l'être tout aussi. Elle se demandait par moment lequel était le pire, mais en y réfléchissant, il y avait aussi son ami Sawako. Le japonais valait le coup aussi. Il pouvait être adorable un instant et la fois suivante être le pire cauchemar. Heureusement que son compagnon était plutôt maso et qu'il adorait les chats sauvages.

 

      Elle arrivait maintenant à avouer être jalouse d'eux. Ses amis avaient un caractère fort. Ils savaient ce qu'ils voulaient dans leur vie. Et en plus, ils avaient quelqu'un qui les aimait pour ce qu'ils étaient. Aucun d'eux ne leur avait demandé de changer, de devenir autre chose. Ils les avaient acceptés avec leurs défauts et leurs qualités.

 

      Même Sasha, alors qu'il était arrivé à peine plus d'un mois et demi avait déjà rencontré quelqu'un. Comme Raven l'avait précisé, rien qu'à les voir ensemble, il était facile de s'apercevoir que Sasha et Xavier étaient attirés l'un vers l'autre. Elle espérait bien un jour avoir la même chance. Elle l'avait cru un temps avec les jumeaux Cardoni, mais cela avait été illusoire. Elle les aimait toujours et elle savait que les deux garçons l'aimaient aussi, mais seulement platoniquement.

 

      Il y avait eu Simon Manier également. Elle avait essayé de reprendre sa vie en main. Elle n'allait pas rester éternellement accrochée à un amour impossible, alors quand Simon lui avait demandé de sortir avec lui, elle n'avait pas hésité. Mais, il n'avait pas été le bon. Il l'avait trompé avec Julie Dehay. Elle s'était efforcée à ne pas pleurer devant ses amis. Elle ne voulait pas craquer devant eux. Elle avait préféré les bras de son frère Cody.

 

      Son frère pouvait avoir des défauts, mais jamais, il ne la laissait de côté. Il avait toujours été là pour eux. Il s'était battu pour les élever. Jamais, elle n'aurait assez de mots pour le remercier pour tout ce qu'il avait fait pour elle et Ben. Recevant un coup dans le dos, la jeune fille sursauta. Elle lâcha le vêtement qu'elle tenait. Elle se secoua. Si elle continuait, elle allait déprimer. Ce n'était vraiment pas le moment. Alors, redevenant elle-même, elle se tourna vers le coupable.

 

— Sasha ! Arrête de me bousculer !

 

      Le garçon haussa les épaules. Il lui tira la langue tout en reniflant ensuite pas très galamment. En observant la tête comique de son ami, Asia songea que le destin pouvait être cruel. Pourquoi avait-il fallu que Sasha soit gay ? Pfft ! Ce n'était pas juste. Elle trouvait même que depuis qu'il vivait ici, il avait bien embelli par rapport au début.

 

      Il avait pris un peu de poids, ce qui en toute honnêteté, était tant mieux. Il ne ressemblait plus à un squelette. Enfin même s'il était trop maigre au début, il était déjà très beau, mais maintenant... . Son regard semblait beaucoup moins triste, moins sombre. Ses yeux bleus ciel brillaient souvent de joie et de bonne humeur et son visage s'éclairait facilement d'un sourire charmeur.

 

      Qui était la cause de ce changement ? Le père de Sasha ? Xavier ? Ou alors juste l'environnement bien meilleur que celui qu'il avait eu pendant longtemps ? Asia ne saurait le dire, mais en tout cas, il n'était pas le seul à avoir changé en si peu de temps. Raven aussi s'était métamorphosé. Non seulement elle souriait beaucoup plus. Elle ne broyait plus du noir.

 

      Asia pencha la tête comme pour réfléchir. Puis, elle s'étira en poussant un cri faisant sursauter tous les clients de la boutique de vêtements. La jeune fille se mit à rire devant leur tête d'ahurie. Elle attrapa le bras de Sasha qui se remit à grailler comme à son habitude. Elle s'élança ensuite vers la porte tout en appelant Raven.

 

      Elle les emmena dans la plus proche brasserie. Sasha se laissa tomber comme une masse sur une chaise. Il lâcha par la même occasion les sacs. Il n'en pouvait plus. Quel était l'intérêt d'aller dans les magasins ? C'était vraiment une torture, surtout avec tout ce monde. Il posa sa tête contre la table. Raven s'installant à son côté ne se gêna pas pour se moquer ouvertement de lui. Elle se fit pincer. Elle le lui rendit. Une petite bataille en règle se fit entre eux.

 

      Asia arriva quelques instants après avec les boissons. Elle secoua la tête, amusée. Elle s'exclama :

 

— Calmez-vous les gosses !

 

— Oui, maman, répliqua aussitôt Sasha.

 

      La jeune fille secoua à nouveau la tête.

 

— Tu es impossible.

 

— Arg ! Je n'en peux plus de ces courses. J'espère que vous avez fini, reprit-il.

 

— Il me reste encore quelques trucs, mais j'ai bientôt fini. Tiens encore le coup, d'accord ?

 

      Sasha renifla de dégout. Il détestait les magasins. La poisse ! Raven demanda :

 

— Tu as déjà fait tes cadeaux de Noël, Sasha ?

 

      Le garçon releva la tête et il posa son coude sur la table, la tête dans sa main. Il soupira.

 

— Non. Pourquoi devrais-je en faire ? Et puis, je n'ai pas d'argent.

 

— Ton père, ne te donne-t-il pas d'argent de poche ? Interrogea Asia.

 

— Pourquoi le ferait-il ? Je n'en vois pas l'intérêt. Si j'ai vraiment besoin de quelque chose, je lui demande directement. Il me l'achètera s'il le désire. C'est tout.

 

      Asia et Raven se regardèrent surprise. Elles avaient un peu de mal avec cette logique. Chaque mois, Cody lui donnait de l'argent de poche afin qu'elle puisse s'acheter ce qu'elle désire. Le père de Raven faisait pareil.

 

— Tu n'as jamais désiré quelque chose assez fort, mais que tes parents ne voulaient pas t'acheter. Avoir son argent de poche permet de l'acheter même s'ils sont contre.

 

      Sasha se gratta la tête en réfléchissant.

 

— Non, rien. Disons que la seule chose que j'ai pu désirer dans ma vie ne pouvait pas s'acheter avec de l'argent. Si j'avais besoin de me rhabiller, je le disais à ma mère. Parfois, je croyais parler dans un mur, mais le soir quand je rentrais, mes nouveaux vêtements se trouvaient sur mon lit. Elle ne s'est jamais trompée dans les tailles. Maman a toujours eu du flair.

 

— Vous ne faisiez jamais les courses ensemble. C'est triste, murmura Raven.

 

      Le garçon haussa les épaules. Il but une gorgée de son jus de fruit.

 

— Non, ce n'est pas triste. Maman savait que je détestais allez là où il y avait du monde. Elle est en plus douée pour savoir ce qui m'allait le mieux. C'était son plaisir. Pourquoi l'en priverais-je ? Elle achetait juste ce dont j'avais besoin. Papa est différent. Il a bon goût lui aussi, mais il ne sait pas s'arrêter. Pfft ! Je n'ai jamais eu autant d'affaires que maintenant. Je n'en mérite pas autant.

 

— C'est la première fois que je rencontre quelqu'un qui râle parce qu'il a trop de cadeaux, s'écria Asia, interloqué. Tu es quelqu'un de rare, mon petit Sasha. Mais, Noël approche. Ne vas-tu pas faire de cadeaux à ta famille ? Ou à Xavier ?

 

      En entendant le nom de son petit ami, Sasha sentit ses joues surchauffées. Mince, Xavier le chamboulait un peu trop.

 

— Pourquoi veux-tu que je lui en offre ? Nous sortons ensemble depuis peu. Et puis, pourquoi devrais-je m'embarrasser avec des cadeaux ?

 

      Asia allait répondre quand elle aperçut une silhouette parmi la foule de la galerie marchande. Elle s'excusa un instant. Ses amis l'observèrent partir presque en courant. Où allait-elle ainsi ? Asia se dirigeait vers un homme un peu plus bas. Elle revint quelques minutes plus tard en compagnie de l'inconnu.

 

      Le nouvel arrivant n'était pas vraiment un inconnu pour Sasha et Raven. Ben Amory en s'approchant de la table en compagnie de sa sœur croisa le regard de Sasha. Le jeune homme faillit rougir. Il se souvenait très bien quand il avait rencontré la dernière fois le garçon. Le sourire en coin de celui-ci lui montrait clairement qu'il s'en souvenait. Pfft ! Il jeta un coup d'œil à l'autre fille. Sa sœur le réveilla en lui donnant un coup à l'épaule.

 

— Ben, Raven ne va pas te manger, tu sais.

 

      Il lança un regard noir à sa sœur. Elle se moquait de lui, encore une fois. Elle ne valait pas mieux que Cody. Son frère et sa sœur avaient toujours aimé le mettre en boite. Il soupira. Il finit par se décider à s'installer entre Asia et Sasha. Le garçon tiqua en observant le visage de Ben. Il finit par demander.

 

— Que vous est-il arrivé pour avoir une aussi jolie cocarde ?

 

      Ben baissa la tête. Il n'oserait jamais dire la vérité. Il se sentait complètement stupide.

 

— Euh ! Je me suis cogné avec une porte.

 

— Tu es vraiment maladroit, frérot.

 

      Sceptique, Sasha répliqua :

 

— Mentir, ce n’est pas beau.

 

      Ben sursauta. Il jeta un coup d'œil au garçon. Il était plutôt perspicace.

 

— Sasha ! Pourquoi crois-tu que mon frère mentirait juste pour une cocarde ?

 

— Laisse, Asia. Il a raison. Haha ! Je n'ai même pas réussi à le cacher non plus à Xavier. Il m'a fait subir un de ces sermons.

 

— Ben ! Si ce n'est pas une porte, alors qui t'a fait ça ?

 

      Mal à l'aise, Ben observa autour de lui. Raven eut pitié de lui.

 

— Laissez-le à la fin. S'il n'a pas envie d'en parler, c'est son droit.

 

— Mais, Raven. C'est mon frère, j'ai le droit de savoir.

 

      Quel toupet ! Ben secoua la tête. Sa sœur fréquentait trop les Oda-Miori. Elle agissait exactement comme eux. Il savait bien que si par malheur, il croisait Carlin, celui-ci le forcerait également à parler. Il finit par avouer.

 

— C'est Jessica.

 

      Sasha faillit recracher son jus de fruit. C'était une fille qui lui avait fait cette cocarde ? Devait-il en rire ?

 

— Jess ? Pourquoi ?

 

— Je lui ai dit de partir.

 

— Euh ! Qui est cette Jessica finit par demander Sasha, intrigué.

 

— C'est mon ex-copine. Je l'ai surprise avec un autre homme. Nous vivions ensemble depuis un an. La poisse ! Je me suis disputé avec elle et ça a dégénéré. Et me voilà tout beau !

 

— Quelle salope ! Lâcha Asia.

 

— Asia, ton langage !

 

— Quoi, c'est la vérité, non ? Je te l'avais dit qu'elle était nulle cette fille. Même Cody t'avait mis en garde. Tu n'as pas voulu nous croire.

 

      Ben haussa les épaules.

 

— Asia, arrête de me faire la morale. Tu oublies que tu as fait exactement pareil, avec Simon. Nous t'avions également mis en garde. Pourtant, tu n'en as fait qu'à ta tête.

 

      Asia rougit. Elle s'en souvenait très bien, trop bien. Sasha et Raven observèrent le frère et la sœur se regarder en chiens de faïence. Ils soupirèrent, puis tout à coup, Raven se redressa et s'exclama :

 

— Bon, et si nous continuons nos courses avec Ben. Il sera notre nouveau porteur.

 

— Nous avons déjà Sasha, répliqua Asia.

 

— Non, nous ne l'avons plus. Il doit absolument partir. Pas vrai, Sasha ?

 

      Le garçon leva les yeux vers son ami. Qu'est-ce qui lui prenait tout à coup ? Bah ! Il s'(en fichait un peu. Libre, il pourrait rejoindre Xavier au bar le « Cool Baby », avant de rentrer pour attendre l'arrivée de sa mère. Jouant le jeu, il s'exclama :

 

— C'est vrai. Je l'avais complètement oublié. Tu ne m'en voudras pas, hein, Asia ?

 

— Non bien sûr que non, répondit la jeune fille, un peu perdu.

 

— Et moi ? N'ai-je pas mon mot à dire ?

 

      Raven se tourna vers Ben. Il eut droit un sourire ravissant, mais à une réponse catégorique :

 

— Non !