Chapitre 3

 

 Edéa Kramer observa attentivement le jeune garçon en face d’elle. Il baissait la tête. Il ne voulait pas être vu en train de pleurer. La jeune femme eut un élan vers lui, mais se retient finalement. Elle se tourna à nouveau vers les deux adultes. La femme semblait très triste. Celle-ci prit la parole.

- Nous venons de Shumy. Les parents de Sethsuno sont morts dans un incendie, il y a quatre ans.

 Edéa surprise s’exclama :

- Lui aussi ?

 L’homme demanda :

- Vous avez d’autres enfants comme lui ?

 La tutrice hocha la tête.

- Oui, il y a quatre ans, tous les villages que je connais ont brûlé. Trabia, Balamb, Horizon et j’en passe… À chaque fois, un enfant se retrouvait sans famille. C’est si triste. Mais pourquoi l’amenez-vous ici ? Vous êtes sa tête pourtant et vous l’aimez beaucoup, cela se voit.

 Alyssa Mudo Brame essuya une larme, puis avoua :

- J’adore Seth, mais les habitants de Shumy le détestent. Ils l’accusent d’être le responsable de cet incendie. Il est vrai que je pourrais refaire ma vie ailleurs. Et c’était bel et bien ce que je comptais faire, mais Sethsuno n’a pas voulu que je quitte mon pays à cause de lui. Il a dit que si quelqu’un devait réellement partir, ce devait être lui et rien que lui.

 Edéa s’approcha du gamin et s’accroupit pour être face à lui.

- Pourquoi veux-tu partir ?

 Le garçon releva la tête. Edéa croisa le regard bleu ciel rougi par les larmes.

- C’est mieux ! Tante Alyssa doit refaire sa vie, avoir ses propres enfants. Je suis une charge pour elle.

- Ne dis pas cela Seth, cria sa tante en larme.

 Elle le serra dans ses bras.

- Dans cet incendie, j’ai cru avoir tout perdu, mais tu t’en es sorti vivant. Au bout de ces quatre années, tu as pris énormément de place dans mon cœur, Sethsuno. Je te considère comme mon propre fils.

 Le gamin sentit les larmes coulées à nouveau sur ses joues, puis il repoussa sa tante doucement et se mit enfin à avouer.

- Je ne peux pas rester avec toi, tante Alyssa. Pourtant, c’est mon vœu le plus cher. Si je reste, je te mettrais en danger et tu pourrais disparaître comme papa et maman. Je ne veux pas.

 L’homme qui n’était autre que Walter Brame, le Maire de Shumy, répliqua :

- Tu ne t’es pas mis martel en tête d’être le responsable de cet incendie tout de même ?

 Le garçon secoua la tête, négativement.

- Bien sûr que non ! Je sais très bien que ce n’est pas moi ! Je connais le responsable et les meurtriers de mes parents.

 Les trois adultes se redressèrent stupéfait.

- Tes parents sont morts asphyxiés, Sethsuno.

 Le gamin secoua la tête furieusement la tête. Son visage prit un air très têtu.

- Un homme sans visage a sondé l’esprit de papa… Papa a hurlé avant de s’écrouler. Maman est morte étouffée par une main invisible.

- Tu racontes des bêtises, s’écria Brame d’une voix colérique.

- Je ne suis pas un menteur, hurla Seth en larme.

 Alyssa caressa les cheveux de son neveu pour le calmer. Edéa fut un peu surprise, mais savait que c’était fort possible.

- Sethsuno dit la vérité, répliqua-t-elle.

 Brame regarda la tutrice comme une revenante.

- Les hommes sans visage existent réellement. Nous les appelons des Lynos. Ils savent contrôler les esprits. Quant à la main invisible, elle peut provenir du spectre. Un monstre en forme de squelette qui a la particularité de se rendre invisible à volonté. Mon mari est un ancien soldat et en a déjà rencontré.

 Edéa réfléchit un long moment avant d’ajouter.

- Les Lynos adorent jouer avec le feu.

 Walter Brame et Alyssa s’observèrent un moment. Puis, la jeune femme se tourna vers son neveu.

- Ce sont de ces monstres que tu veux me protéger ?

 Sethsuno essuya ses larmes, puis regarda à tour de rôle les adultes. Il finit par dire.

- Oui. Un colporteur m’a raconté que beaucoup de régions subissaient des incendies depuis quatre ans. Je suis sûr que ces monstres recherchent quelque chose d’important et qu’ils ne l’ont toujours pas trouvé.

 Une jeune voix féminine retentit alors dans le salon :

- Tutrice ! Tutrice ! La chatte vient d’avoir ces bébés.

 Les trois adultes se retournèrent d’un bloc vers l’entrée. Une jeune fille de quatorze ans, habillés en garçon, au visage mutins, les cheveux châtain foncé, se tenait devant la porte. Celle-ci se rendit compte des invités et se mordilla les lèvres.

- Ce n’est pas grave Selphie. Combien a-t-elle eu de chatons ?

 La jeune fille retrouva aussitôt le sourire.

- Quatre et ils sont magnifique !

 Edéa émit devant tout cet enthousiasme. Selphie aperçut alors Sethsuno. Elle s’approcha de lui. Le garçon la dépassait d’une bonne tête. Les adultes observaient en silence.

- Salut ! Je suis Selphie Tilmitt et toi ?

 Alyssa se demandait si son neveu allait répondre. Il avait tendance à se refermer sur lui-même.

- Sethsuno Mudo, je viens de Shumy, répondit-il après l’avoir détaillé de la tête aux pieds.

- Pourquoi es-tu ici ? Aurais-tu toi aussi perdu tes parents ?

- Oui, il y a quatre ans, ils sont morts dans un incendie.

 La jeune fille s’exclama stupéfaite :

- Mince, toi aussi ? Mes parents sont morts aussi à cause d’un incendie et mes amis aussi.

 Sethsuno se tourna vers sa tante et répliqua alors :

- Tu vois que j’avais raison. Les Lynos sèment la terreur par les flammes.

 Il se tut un instant, puis reprit d’une voix presque adulte pour un jeune homme de quinze ans.

- Si ses parents et eux de ses amis ont été assassinés comme les miens, alors on peut craindre que ces monstres rechercheront un jour les enfants qu’ils ont laissés derrière eux.

 Le jeune homme s’approcha de sa tante.

- Tante Alyssa ? Ne t’inquiète pas de moi. Je suis en sécurité. Les démons ne penseront jamais à rechercher leurs proies parmi les monstres. Je veux que tu repartes à Shumy et que tu arrêtes de gâcher ta vie.

 Il se dressa pour embrasser les deux joues mouillées de larmes de sa tante. Puis, il tendit une main vers Selphie qui la prit en confiance.

- Emmène-moi vers les autres, Selphie. J’ai hâte de faire leurs connaissances.

 

 Edéa Kramer et son mari n’arrivaient pas encore à le croire. Sethsuno Mudo s’était purement et simplement invité à rester dans leur orphelinat. Selphie lui avait fait rencontrer tous ses amis. Ceux-ci l’acceptèrent sans réserve. Sethsuno séduisait bien différemment. Peut-être grâce à ce regard de chien battu qu’il prenait parfois ? Cid Kramer aimait bien ce garçon qui savait ce qu’il faisait.

 Sethsuno choisit l’épée comme Seifer. Ces deux-là adoraient se battre en duel. Ils étaient aussi doués l’un comme l’autre. Seifer taquinait souvent Zell au sujet des bretzels, tandis que Sethsuno les lui volait carrément. Cela finissait toujours par une course effrénée à travers tout le Manoir.

 La sorcière ne pouvait dénier que le garçon redonnait un peu plus de joie à l’orphelinat.

 Le plus inquiétant, c’était les absences du garçon pendant deux ou trois jours. Des quatre chatons, Sethsuno en choisit un pour lui. Un chaton tout noir qu’il baptisa Sheba. La petite chatte ne quittait que rarement le garçon, mais au fil du temps, Edéa trouvait que ce chat ne ressemblait plus du tout à sa race, mais plus à une autre plus grande, plus à une panthère.