Chapitre 2

 

 Les Lynos avaient peur. Leur Maître était en rage. Le Médaillon Alador était toujours introuvable. Ils fouillaient partout dans chaque village, mais aucune trace. Darwin, le sans visage, était certain que ce maudit médaillon devait se trouver dans un de ces villages. Son intuition le lui disait et surtout le fait qu’il avait eu le temps de sonder l’esprit de Rhys Mudo avant qu’il ne meure.

 Le peu qu’il avait pu récolter, était que l’Aladore se trouvait à l’abri entre les mains d’une personne de confiance, mais ce n’était en rien un problème. Rhys Mudo avait été lige pendant dix ans auprès d’une certaine Dame Moiraine, une Sorcière. Pour se charger de sa tranquillité, d'autres, liges, avaient été engagés. Darwin n’avait eu aucun mal à connaître les noms de ces liges. Ils s’étaient éparpillés un peu partout de Dollet à Timber City en passant à Horizon, Trabia, Balamb. Darwin les avait tous trouvés sauf un. Il devrait même dire une. La seule femme du groupe à part la Sorcière. Non seulement elle avait été lige, mais également l’apprenti de Dame Moiraine jusqu’à la mort accidentelle de celle-ci. Le Lige Sorcière voyagea énormément et finit par déposer son bagage dans une immense ville du nom d’Esthar.

 Cette ville était très difficile d’accès. Des montagnes ceinturaient la ville. Aucun des autres liges ne savait où se trouvait l’Aladore. Il espérait qu’Elany Sumo lui apprendrait plus de choses.

 Darwin n’avait pas véritablement envie de mourir. Il aimait trop faire souffrir les hommes. Le seul désappointement à Esthar, c’est qu’il ne pourrait pas allumer d’incendie. Il contacta le Spectre. Ce démon avait la particularité d’être invisible à tout moment et à volonté.

 Darwin savait que seul ou avec des confrères, il ne pourrait rien contre un sorcier, mais le Spectre, ce serait différant. Il allait trouver ce Médaillon coûte que coûte.

 

 Dès leurs arrivées, Le Capitaine Sylen D'Ascort et sa troupe apprirent que la ville avait subi le plus terrible des incendies jamais encore vus. La Reine Astrid avait été obligée de demander l’assistance des Sorcières de Tar valois. Grâce à leur puissante magie, elles purent sans problème le contrôler.

 Sylen se sentait inquiet. Il y avait beaucoup trop d’incendies. Ce ne pouvait pas être une coïncidence ! Il mena son cheval au trot et les gardes royales se dépêchèrent d’ouvrir les portes en l’apercevant.

 Le château n’était pas tout à fait comme son nom l’indiquer. Il ressemblait plus à un énorme Manoir. Un majordome l’amena jusqu’au salon des invités en précisant qu’il allait prévenir la Reine de son arrivée.

 Pendant l’attente qui lui parut interminable, il fit les cent pas tout en réfléchissant sur les derniers évènements. La porte s’ouvrit sur deux grandes femmes. La première portait une longue robe rouge et dorée et ses cheveux noirs relevaient en chignon dont une couronne argentée y trônait. Elle était encore très belle malgré ses soixante-cinq ans. L’autre femme était habillée d’une simple robe grise de la même couleur que ses cheveux. Elle tenait dans une main un sceptre en forme de Serpent. Il n’y avait aucun doute possible sur son identité, dame Amelyn, Chef suprême de Tar valois. Le Capitaine fit la révérence avant de baiser la main que lui tendait la Reine.

- Capitaine Sylen ! Je suis ravie que vous soyez revenu.

- Moi de même Majesté. J’ai appris que vous aviez subi un incendie dernièrement ?

 La Reine s’assit sur un canapé d’un air las.

- Oui, mais nous pensions ne jamais pouvoir l’arrêter.

 Le Capitaine se passa une main dans ses cheveux châtain. La Sorcière le fixa un moment avant de demander.

- Vous ne semblez pas trop surpris de ce que vous venez d’apprendre, Capitaine.

 De la main, il fit un large geste d’impuissance.

- Pendant mon voyage de retour, j’ai aidé un ami, le Maire de Winhill. Je devais amener une jeune demoiselle à l’orphelinat de la Forêt-Noire.

- La Forêt-Noire ? Qui a eu l’idée saugrenue de construire un orphelinat dans cette forêt, s’exclama la Sorcière.

- Le grand-père de Cid Kramer un de mes anciens Capitaines, répliqua la Reine Astrid.

 Elle se tourna de nouveau vers Sylen et lui enjoignit de continuer.

- Là bas, j’ai rencontré quelques enfants de différentes Régions et pourtant ils avaient deux choses en commun. Leur village fut détruit par un incendie et ils perdirent leurs parents par la même occasion.

- Mon Dieu ! Les pauvres enfants, s’apitoya la Reine.

- Ces incendies sont l’œuvre de démon. Les Lynos sont capables de créer des feux que seule la magie peut éteindre, avoua alors la Dame Amelyn.

- Il faut faire quelque chose. Dans l’incendie, ma petite fille Miliana a bien failli y passer. Je ne veux plus que cela arrive.

 Elle se tourna vers la Sorcière et ordonna :

- Je voudrais que vous enquêtiez. Vous connaissez ces monstres mieux que nous. Le Capitaine Sylen vous assistera si vous en avez besoin.

 La Dame Amelyn n’aimait pas beaucoup recevoir des ordres, mais accepta de bonne grâce. Mieux valait rester en bon terme avec Galbadia.