Chapitre 7

 

 Quelques années plus tôt :

 

 Après la disparition soudaine de Nash, le vaisseau le Syrius reprit le chemin pour Déjanire. Jeff Hikory essayait de faire bonne figure, mais n’y arrivait pas beaucoup. Surtout que la Princesse Keita ne faisait pas dans la dentelle. Elle l’observait chaque jour avec une haine de plus en plus voyante dans le regard. Qu’avait-il fait pour se faire détester de la sorte ? Était-ce à cause du Capitaine Tarosa ? Il ne voyait pas en quoi cela pourrait l’ennuyer. Tarosa ne lui avait plus adressé la parole depuis la disparition de Nash, bien qu’il puisse sentir son regard sur lui de temps en temps. Le Capitaine devenait fébrile de plus en plus qu’il approchait de leur planète.

 

 Il lui arrivait souvent de rabrouer assez méchamment d’ailleurs la Princesse. Même l’équipage s’en inquiétait. Ces hommes et ces femmes aimaient bien travailler avec cet homme, bon et généreux. Alors, son attitude les surprenait. Par contre, tout le monde put constater son amitié avec Dawn. Le mandralore était si triste à voir. Le jeune humain lui manquait beaucoup. Tarosa était même allé voir le mandralore dans les cales pour discuter longuement avec lui.

 

 Karen affirmait qu’il y avait eu des éclats de voix, mais qu’elle n’en savait pas plus. Par son ancien métier, elle affirmait que le Capitaine leur cachait une vérité et qu’elle ne serait peut-être pas bonne à entendre. Jeff en fut contrarié sans trop savoir pourquoi, d’ailleurs. En tout cas à partir de ce jour, Tarosa et Dawn s’entendirent très bien.

 

 Ils arrivèrent bien assez vites dans le système Galloméum. Jeff constata la présence des trois soleils dont l’une semblait bleutée. Ils passèrent près d’une planète habitable, mais dont les indigènes étaient encore sous-développés. Ils croisèrent également une sorte d’immense fourche. Keita leur expliqua qu’il s’agissait de l’arche d’Hadès, la prison la plus sécurisée de toute la galaxie. Jeff Hikory eut un frisson glacial le parcourir en observant cette fourche. Peut-être dû au nom de la prison, Hadès, dieu des enfers dans la mythologie grecque, d’après ces souvenirs.

 

 La planète fut bientôt visible. Bien plus proportionnée que la planète Terre, elle était tout de même magnifique. Alors, que la Terre ressemblait plus à un saphir, Déjanire était plus proche d’une émeraude, avec quelques reflets de rubis. Les déjaniras pouvaient être fier de leur planète. Mais, pour Jeff, la beauté cachait souvent une certaine laideur. Il allait vite s’en rendre compte quand le vaisseau fut accosté par un plus petit.

 

 Le premier homme qui apparut était habillé d’une longue tunique rouge et noir avec un crâne chauve, les sourcils rasés. Il était plutôt malingre et un visage coupé à la serpe, un visage portant sur le trait ceux d’un oiseau de proie. Et en croisant les yeux du Capitaine Tarosa, il semblait bien avoir trouvé une proie idéale. L’homme avait un sourire sournois. D’autres hommes apparurent et il fut évident qu’ils étaient des gardes, voire des soldats.

 

 Le nouvel arrivant se prosterna devant la Princesse. D’une voix doucereuse, il lui souhaita la bienvenue et qu’il aurait préféré une autre circonstance pour leurs retrouvailles. Keita fronça les sourcils par la façon que cet homme l’avait dit. Il se tourna ensuite vers les deux étrangers avec une certaine méfiance et dégout, mais il resta poli.

 

- Nous vous souhaitons la bienvenue dans notre monde, Terrains. Nous sommes dans le regret de vous informer que nous ne pourrons jamais vous ramener dans votre monde. Et nous espérons sincèrement que vous vous habituerez à notre civilisation.

 

 Karen serra ses bras autour d’elle en hochant la tête. Elle avait fini par se faire une raison. Jeff préféra ne rien dire. Il attendait la suite et surtout savoir qui était cet homme.

 

- Oh ! Je suis mal poli. Je ne me suis pas présenté. Je me nomme Polk, je suis le ministre de l’empereur de Médrina, Sylvanus. Mais aujourd’hui, je représente les quatre empereurs pour une mission d’importance.

 

- Une mission Polk ? Laquelle ? S’exclama Keita, très surprise.

 

 Les gardes bougèrent sur un ordre de la main de Polk. Ils entourèrent le Capitaine Tarosa ainsi que le mandralore. Jeff voulut s’interposer, mais d’un geste de Tarosa l’en dissuada. Jeff ne comprenait rien à ce qui se passait.

 

- Qu’est-ce que cela signifie, Polk ? Je veux une explication.

 

- Je veux donc j’exige ! N’est-ce pas Princesse ? Railla le ministre. Bon puisque vous insistez. Capitaine Tarosa, vous êtes en arrestation pour haute trahison envers Déjanire.

 

- Quoi ? S’écria Keita, horrifié.

 

 Tarosa émit un petit rire. Un fait qui énerva par-dessus tout le ministre. Tarosa s’exclama alors :

 

- Haute trahison ? Rien que cela, vous m’en voyez ravi, Polk. Vous devez jubiler.

 

- Fermez-là, impertinent. Vous rirez moins quand vous serez enfermé dans une cellule du Hadès.

 

- Tarosa ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?

 

 Karen se rapprocha de son congénère. Jeff lui jeta un coup d’œil. Il semblait bien que la jeune femme avait raison. Le capitaine leur cachait quelque chose qui ne leur plairait pas.

 

- Vous ne savez pas, princesse ? Pourtant, le Capitaine a mis votre vie en danger pour faire disparaitre un élément important pour notre communauté.

 

 La jeune femme tiqua et regarda son ancien amant. Celui-ci ne réagissait même pas à l’accusation. Il gardait son sourire habituel, un sourire moqueur. Il se moquait ouvertement du ministre comme il l’avait toujours fait. Quel était cet élément important ? La seule chose qui avait de l’importance à Déjanire était les Prêtres et les Prêtresses. Elle eut un sursaut. Nash ? Le petit garçon de cinq ans était-il l’élément indispensable ?

 

- Nash ? Vous êtes responsable de l’enlèvement de Nash ? S’emporta Jeff envers le capitaine.

 

 Tarosa se tourna vers le Terrien. Il hocha la tête avec un sourire un peu plus triste cette fois-ci.

 

- Je le devais, Jeff. Je vous ai libéré des mandralores pour vous rendre une certaine liberté. Mais, si par malheur Nash était encore avec nous, Déjanire l’aurait transformé en pantin pour le gouvernement.

 

- Vos propos sont scandaleux, s’exclama Polk. Trahison et blasphémation de votre part Tarosa Medrill, vous n’allez pas vous en tirer à si bon compte cette fois-ci.

 

- Faite ce que vous voulez Polk ! Du moment que je ne vois plus votre sale tronche.

 

- Bien comme vous le désirez.

 

 D’un geste, les gardes bousculèrent le capitaine afin qu’il se mette en marche. En arrivant à la portée de Jeff, Tarosa chuchota :

 

- Gardez bien en tête ce que je vous avais dit. Devenez l’élite, Jeff sinon vous vous ferez dévorer et vous regretterez de n’être pas resté avec les mandralores.

 

 Jeff suivit du regard le prisonnier accompagné des gardes bien armés. Il s’aperçut alors que d’autres gardes emmenaient Dawn également. Polk dut comprendre, car il leur expliqua :

 

- Nous ne pouvons accueillir un mandralore chez nous. Il sera jugé et emmené comme le capitaine sur Hadès. Et n’essayez pas de nous faire changer d’avis, vous n’êtes rien.

 

 Sur ces bonnes paroles, il ordonna à l’équipage sous le choc de reprendre le travail. Il prenait le commandement pour le moment. Keita s’éclipsa dans ses appartements, ne comprenant pas les actes de Tarosa. Pourquoi avoir trahi son monde natal ? Pour le gamin ? Mais, devenir Prêtre ou Prêtresse était une chose des plus remarquables et des plus honorifiques qu’il soit ! Pourquoi ?

 

 Karen avait peur. Elle la tenaillait depuis l’arrivée de cet homme dans ce vaisseau. À qui devait-elle faire confiance maintenant ? Tarosa les avait bien bernés. Il avait vendu Nash. Pour quelle raison ? Il ne leur avait rien dit et peut-être qu’elle ne le sera jamais. Et Dawn alors ? Pauvre mandralore, qu’allait-il advenir de lui ?

 

 Jeff regarda la porte qui venait de se refermer sur lui avec haine. Il détestait cet homme, ce Polk. Il ne savait plus sur quel pied danser maintenant. Il avait donné sa confiance à Tarosa et celui-ci l’avait piétiné. Nash ? Où se trouvait-il ? Que faisait-il ? Était-il seulement encore en vie ? Et que voulait dire Tarosa sur les Pantins de gouvernement ? Peut-être le saurait-il en rencontrant un Prêtre ? Et puis, il y avait l’attitude de Dawn. Le mandralore adorait Nash, pourtant en apprenant la vérité sur la disparition de gamin, il n’avait pas réagi. Étrange ? Est-ce que son affection n’avait été qu’un leurre ? Non, Jeff ne le pensait pas. Dawn ne pouvait mentir à ce point. Il devait avoir une raison.

 

 Jeff se laissa tomber sur sa couchette. Bien, sa vie avait été chamboulée depuis l’invasion des mandralores sur sa planète, maintenant, il se trouvait à des années lumières de chez lui. Et sa nouvelle vie ne commençait vraiment pas sous les meilleurs auspices.

 

 Arrivé au spatioport avec le vaisseau bien amarré, Polk invita les étrangers ainsi que la Princesse à le suivre. Une nouvelle escorte était présente, habillée également de rouge et noir, symbole de la famille Adaüs. Il était là pour la Princesse. Il devait l’accompagner auprès de son père. La jeune femme ne jeta même pas un regard aux deux terriens. Jeff avait tout de même aperçu les yeux rouges de larmes de la Princesse.

 

 Il avait un peu pitié d’elle. Il pouvait comprendre son chagrin et le respectait. Polk les invita à le suivre. Ils longèrent un long couloir éclairant jusqu’à un ascenseur. Tout le long de la montée, le ministre ne broncha pas une seule fois. Karen était plongée dans ses pensées. Jeff soupira.

 

 L’ascenseur étant vitré. Les deux étrangers purent voir un aperçu de l’immense Citée Médrina. Partout où son regard pouvait porter, Jeff aperçut d’immenses tours finissant toujours en pointe, se reliant chacune par des ponts clôturés. Le plus étrange était l’harmonie entre ces tours et la végétation au-dehors. En jetant un coup d’œil vers l’extérieur quand ils arrivèrent à destination. Jeff ne put pas voir le sol tellement les feuillages des arbres étant trop touffue pour y voir quelque chose.

 

 Le ministre les emmena dans une station de taxis. Là, la surprise fut de taille. Les véhicules volaient. Ils pouvaient ainsi atteindre n’importe quel niveau des immenses tours. Le trajet dura bien une demi-heure. Jeff regarda, tout du moins essaya, car le véhicule allait à une très grande vitesse. Mais même ainsi, il ne voyait toujours pas le sol. Il finit par demander au ministre, mais celui-ci ne daigna pas répondre.

 

 Cet homme était horripilant. Ils arrivèrent enfin dans une immense tour d’une blancheur immaculée. Une femme, habillée de tout aussi de blancheur, les attendait. Son visage androgyne ne montrait aucune expression. Elle salua d’un mouvement de tête le ministre et annonça d’une voix atone.

 

- Bien le bonjour, ministre Polk.

 

- Ah ! Que faites-vous ici Libertia ?

 

 La femme se redressa et répondit toujours sur le même ton.

 

- Je représente Sa Majesté Tirésias Sowata. Il me charge de prendre en charge nos invités.

 

 Polk tiqua et grogna :

 

- Je suis à même de m’occuper d’eux. Merci.

 

- Voulez-vous désobéir un ordre venant de Sowata, Polk ?

 

- Vous me menacez, Prêtresse Libertia ?

 

 Jeff sursauta. Alors, voilà en quoi ressemblait une Prêtresse ? Cette femme ne semblait pas effrayante, mais en même temps, elle lui donnait un peu la chair de poule. Celle-ci, après avoir rabroué une bonne fois pour toutes Polk, se tourna vers les deux Terriens. Elle les observa un instant. Jeff fronça les sourcils. Il lui semblait bien ressentir dans son esprit une intrusion, ressemblant assez à celle de Nash à l’époque.

 

 Libertia sursauta, très surprise. Le Terrien l’avait purement éjecté de son esprit. Cet homme était des plus intéressants. La femme ne s’en était même pas rendu compte d’avoir été fouillé au plus profond, mais pas cet homme. Elle lui adressa un sourire. Jeff en fut stupéfait. Rien que ce sourire lui donnait un air bien plus aimable.

 

- Veuillez me suivre, terriens. Je vais vous emmener dans vos nouveaux appartements. Vous serez logé dans le territoire de Sowata.

 

- Quoi ? S’écria Polk. Ils doivent être logés dans le domaine de Sylvanus.

 

- Haha ! Polk, Polk ! Vous croyez réellement que Sylvanus ne soit pas au courant ? Yakumo et Baston ont donné leur accord. Sowata a la régence sur les nouveaux arrivants. Voulez-vous contredire les ordres des empereurs ?

 

 Furax, Polk s’en alla dans la direction opposée à la leur. La Prêtresse en fut très soulagée. Elle avait dû user un peu de ses pouvoirs pour le faire partir. Cet homme est nuisible pour sa santé. Elle se mit en marche suivie de près par les deux Terriens. Elle voyait bien à leur attitude qu’ils avaient beaucoup de questions, mais chaque chose a son temps.

 

 Ils se trouvaient sur la place Eurékadum comme leur fit savoir leur guide. La place unique où tous les magasins de toutes sortes se côtoyaient. Partout où son regard se portait, Jeff croisait plusieurs habitants Déjaniras, mais très peu de gardes.

 

- Les rues sont surveillées par des caméras vingt-cinq heures sur vingt-cinq, précisa alors la Prêtresse, aussitôt. Pour la tranquillité des habitants, la garde se montre très peu, mais intervient rapidement en cas de dangers imminents.

 

 Quelques rues plus loin, Libertia ouvrit une porte et pénétra dans une salle à manger des plus simples. Jeff pénétra dans le séjour en y jetant un regard rapide. Un séjour avec cuisine et deux autres portes closes représentaient la pièce. La Prêtresse s’approcha de la fenêtre et ouvrit les panneaux. Une clarté lumineuse éclaira la salle de sa douce chaleur. Elle se tourna ensuite vers les étrangers.

 

- Qu’allons-nous devenir ? Ne put s’empêcher de demander Karen, se tordant les mains.

 

- Je peux comprendre votre inquiétude. Mais vous êtes sous la responsabilité de Sowata, alors vous êtes libre de prendre votre temps pour vous habitué à votre nouvelle vie.

 

 Jeff hésita un instant, puis demanda :

 

- Pourquoi Tarosa parlait des Prêtres comme des pantins ? Vous n’avez pas l’air d’être manipulé.

 

- Je ne suis pas très puissante. J’en suis fort aise, car je garde la liberté. Je ne suis pas surveillé à tout bout de champ. Les plus puissants de nous sont constamment sous bonnes gardes et la plupart ne sont plus tout à fait eux-mêmes.

 

 Libertia se troubla et pâlit.

 

- Mais, je ne devrais pas vous en dire autant. Si on m’entendait, je risquerais fort d’être accusé de traitrise. Quand le moment sera venu, Tirésias vous fera mandé, pour l’heure, je vous conseille de vous reposer et de faire connaissance avec ce monde, et de ces lois.

 

 La jeune Prêtresse se dirigea vers la porte de sortie. Jeff s’exclama :

- Dites-moi juste une chose, s’il vous plait !

 

 Libertia se retourna et acquiesça d’un mouvement de tête.

- Que va-t-il advenir de Tarosa et de Dawn ?

 

- Dawn, le mandralore ?

 

 Hochement de tête. La jeune femme hésita.

 

- À l’heure actuelle, ils sont en route pour l’arche d’Hadès. Ils vont finir leurs jours dans cette prison. Je connaissais Tarosa personnellement. J’ai grandi avec lui à l’orphelinat. Il a toujours été un rebelle, comme Erianisa. Je savais bien qu’un jour ou l’autre il finirait par se casser les dents. Certaines rumeurs affirment qu’il est l’investigateur de la fuite d’Erianisa. Et étant donné la disparition de l’enfant, je commence à croire que cette rumeur est fondée.