Noël et ses surprises : 67

 

 Depuis la tentative d’enlèvement, Erwan ne quitta pas Luce d’une semelle. Si par malheur, il devait se rendre à l’entreprise de son grand-père, le garçon devait le suivre sans discussion. D’ailleurs, Luce n’essaya même pas, ce serait une perte de temps. Bien sûr, Carlin râla comme pas possible parce qu’il ne pouvait plus accaparer son fils adoré, mais il se vengeait dès que les deux jeunes rentraient.

 Pourtant, Carlin ne s’ennuyait pas. Il avait pris sous son aile tous les enfants de la maison aussi bien les Amory ou les Soba ou les Osborne. Carlin avait trouvé le talent caché du jeune Rojer. Il lui enseignait donc toutes les petites astuces dans le dessin. La plupart du temps, il s’enfermait avec toute la marmaille dans son atelier. Alors dès qu’il rentrait avec Erwan, Carlin allait kidnapper son fils et l’enfermait avec eux dans l’atelier à clé, évidemment.

 Luce ne s’en plaignait pas le moins du monde. Il aimait beaucoup être avec Erwan, mais être avec son père, il adorait tout autant. L’atelier se transformait en vrai bric-à-brac, entre fou rire, chasse à la peinture et petit chef-d'œuvre d’artiste en herbe.

 Deux jours avant Noël, l’arrivée de la mère de Carlin fit sensation. Eryna Oda avait peut-être dans les soixante-quinze ans, mais elle était toujours aussi resplendissante à faire rougir la mère d’Alexis Lepez, enfin, d’après les dires du garçon en rencontrant la première fois cette femme. Eryna avait été absente pendant plus d’une année, partie en voyage avec son époux faisant le tour du monde.

 Elle serra son fils avec tendresse avant de prendre son petit fils. Elle adorait cette deuxième pile électrique même si elle dut bien reconnaître qu’il ne l’était pas autant que son cher fils. Toute cette journée, le père comme le petit ami n’eurent aucune chance d’enlever Luce des bras de sa grand-mère. Ils passèrent la journée à discuter en chuchotement afin que personne ne les entende.

 Eryna rencontra également Jeff Ashton et l’invita à les rejoindre. Le pauvre Quentin fut relégué en deuxième place sous les moqueries de ses amis, toujours présents. Depuis le début des vacances, ils squattaient sans vraiment de permission la maison de Luce. Ni Carlin, ni Renko ne pensèrent à les renvoyer chez eux.

 La journée la plus bordélique fut le lendemain avec l’arrivée de l’idiot de la famille avec son homme et un invité-surprise. Carlin sauta dans les bras du fils adoptif de Renko. Ludwig râla, jaloux de ne pas recevoir un aussi gentil accueil. Il reçut les moqueries d’Erwan. Aussitôt, les deux hommes se charrièrent pendant plus d’une demi-heure sans plus faire cas des autres.

 Luce les regarda au début avec un regard un peu ahuri, mais avec le sourire. C’était plutôt amusant de voir un idiot et un démon s’entendre aussi bien. En tout cas, grâce à cela, il put squatter sans vergogne Reï chou. Carlin et lui firent alors la connaissance avec Ashula, le jeune garçon de quatre ans, handicapé des jambes. Carlin tomba sous le charme.

 Reï et Luce se regardèrent en gloussant. Cela aurait été étonnant de voir leur père ne pas tomber sous le charme d’un enfant. De ce fait bien évidemment, Carlin s’accapara d’emblé le garçon et peu de temps plus tard, toute la maisonnée pouvait entendre le rire chantant du garçonnet, ainsi que celle des autres qui avaient suivi le mouvement.

 Ludwig chercha sa petite sœur et la retrouva discutant avec Cody Amory. En les voyant ensemble, le jeune homme comprit très vite que son oncle avait dû encore jouer à cupidon. Thalia fut réellement ravie de voir son frère, même si celui-ci ne se gêna pas le moins du monde à la taquiner au sujet de son prétendant. Il discuta également avec le professeur. Il voulait connaitre l’homme qui séduisait sa petite sœur adorée. Enfin, il put le faire jusqu’à l’arrivée de sa moitié. Reï ne chercha pas à être tendre quand il vit qu’il mettait à mal le professeur. Il le frappa avec son continuel coup sur la tête.

- Mais, enfin Reï chou !

- Arrête d’ennuyer ta sœur et le professeur ! Shin vient d’arrivée.

 Rien que le nom de son ami, Ludwig abandonna sa sœur pour rejoindre son meilleur ami qu’il n’avait pas vu depuis plusieurs années. Reï gloussa et se tournant vers Thalia, ajouta avant de sortir à son tour.

- Voilà, vous pouvez de nouveau roucouler tranquille.

 Thalia ne put s’empêcher de rougir quant à Cody, il songea que toute cette famille était irrécupérable. L’inspecteur Barrony se sentait un peu perdu dans toute cette immense famille. D’autres personnes arrivaient en plus. D’après ce qu’il comprit, les deux enfants du mari d’Eryna Oda firent leur entrée avec leur propre progéniture et également la sœur adoptive de Carlin, Shelyna. Celle-ci, d’ailleurs, capta son attention.

 Tout d’abord la différence d’âge entre le frère et la sœur, il y avait plus de quinze ans d’écart, mais en les voyant ensemble, cela ne semblait pas les déranger outre mesure. Mais surtout qu’il avait bien l’impression de l’avoir déjà rencontré. Mais, il ne savait plus où exactement.

 Carlin se chargea de présenter sa sœur à l’inspecteur. Shelyna s’exclama alors :

- Barrony ? Dimitri Barrony, anciennement capitaine de l’équipe de foot au Lycée Dagobert. Je me trompe ?

- Mazette ! Cela remonte loin. Je me disais bien que je vous avais déjà vu quelque part. Vous faisiez partie du conseil des élèves.

- Oui, présidente et je me souviens aussi, les éternelles disputes entre nous. Vous vouliez toujours avoir raisons.

 Carlin eut un léger sourire. Il s’inquiétait de voir toujours sa sœur célibataire. Bon, leur couple risquait d’être comment dire, assez chaud surtout en collant un flic à sa petite avocate, mais ce serait amusant à suivre de près.

 Pour la soirée de Noël, la salle à manger fut vidée de ses meubles. Des tables avaient été positionnées contre les murs et un traiteur avait livré d’innombrables repas froids pour le plaisir des gourmets. Ben Amory avait accepté de s’occuper de la sono. Avant le début de la soirée, les derniers invités arrivèrent en grande fanfare. Daisuke et Juntsou firent leur apparition en compagnie de la commissaire Justine Facter, de son mari, ainsi que de sa sœur Gabriella et de sa propre clique. Reï embrassa avec joie Gabriella et discuta avec elle pendant plus d’une heure. Mira Martin et sa compagne firent aussi son apparition. Elle rejoignit toute sa bande d’amis de lycée.

 La soirée se passa dans la joie et la bonne humeur. Luce s’amusa comme un fou. Il parvint à discuter avec tout le monde, tout en ne mettant jamais ses amis à l’écart. Le plus beau cadeau pour Ashanti pendant cette soirée fut certainement d’être prise dans les bras de son meilleur ami. Elle fut aux anges et Alexis eut du mal à la faire redescendre sur terre sous les taquineries de ses camarades.

 Dans le cours de la nuit, des adultes récupéraient de temps en temps un des enfants endormis un peu partout dans la maison afin de les mettre en sécurité dans un lit douillet. Il eut comme chaque année, une joute verbale entre les deux cousins et bien sûr, comme d’habitude, Daisuke perdit contre Carlin. Alors pour se venger, il s’attaqua à la crevette. Mais, mal lui en prit. Jouer à la joute verbale avec un écrivain, ce n’était vraiment pas très malin. Sarcasme lancé par Shelyna et une nouvelle joute refit surface entre le barman et la jeune femme qui gagna sans problème. Elle n’était pas avocate au barreau pour du beurre.

 Erwan, vers le petit matin, partit à la recherche de son petit ami. Il ne le voyait plus dans les parages au milieu de la foule. Il le chercha dans les endroits habituels, la salle de musique, la bibliothèque. Là, il récupéra Samantha Amory endormie dans un fauteuil. Il emmena la petite poupée dans son lit bien au chaud. Puis, il retourna à la recherche de sa moitié. Il finit par le retrouver dans la buanderie juste devant le panier où se trouvait la petite famille, endormi à même le sol. L’étudiant secoua la tête, sidérée.

- Franchement, est-ce vraiment un lieu pour dormir !

 Luce était comme ses petites bêtes qu’il adorait. Il pouvait dormir vraiment n’importe où. En tout cas, une chose était certaine, le garçon devait vraiment aimer être porté, car dès qu’il se sentit soulevé, Luce nicha sa tête dans le cou, tout en l’entourant de ses bras. En rejoignant leur chambre, il croisa un Jeff ébouriffé et à moitié endormi.

 Jeff venait de quitter la soirée pour rejoindre sa chambre. Il ne tenait presque plus sur les jambes tellement il se sentait fatiguer. Il salua Erwan et son chargement et entra dans sa chambre. Il se laissa tomber lourdement sur son lit. Quentin avait voulu rester encore un peu plus avec Alexis. Le garçon se remua juste le temps de se déshabiller avant de se faufiler sous les couvertures.

 Le sommeil commençait à le gagner quand son téléphone portable se mit à sonner. Il soupira. Il avait le flegme de répondre, mais étant donné l’insistance, il se redressa enfin. Il attrapa le téléphone et regarda le numéro inscrit. Son cœur se mit à battre comme un fou. Il décrocha et murmura :

- Allo ? Maman ?