Papa Akira : 56

 

 La luminosité de la lune traversa la vitre aux volets non fermés pour venir caresser le visage agité de Kaigan, en pleure. Il se redressa en sursaut. Il renifla et essuya ses larmes. Il jeta un coup d’œil rapide vers le deuxième petit lit. Il fut rassuré de voir son frère toujours endormi. Il ne voulait surtout pas le réveiller et d’être vu en train de pleurer comme un bébé.

 Des images de son rêve revinrent le hanter. Une voiture lui fonçait droit dessus en très grande vitesse et se transformait en horrible monstre assoiffé de sang. Un frisson glacial lui traversa le corps le faisant trembler. Il secoua la tête pour effacer le mauvais rêve.

 Il se leva sans bruit et sortit de sa chambre. Il voulait rejoindre la sécurité. Il approchait de l’endroit quand une voix retentit, une voix qu’il détestait.

- Kaigan ? Tu n’arrives pas à dormir, mon poussin ?

 Le jeune garçon leva ses yeux bleus vers ceux de même couleur. Il ne l’aimait pas. À cause d’elle, son « papa » était triste.

- Je veux voir papa.

 La jeune femme pinça les lèvres, puis s’enquit :

- Alors, tu te trompes de porte. C’est celle du fond pour rejoindre ton père.

 Kaigan secoua la tête avec fureur. Pourquoi essayait-elle d’être gentille ? Pourquoi ne voulait-elle pas comprendre qu’il la détestait ?

- Non, je veux voir papa.

- Ne fais pas le bébé, veux-tu ! Si tu veux voir ton père, c’est celle du fond, celle-ci c’est la chambre de ton oncle.

- Non, celle de papa, cria Kaigan avec rage.

- Kaigan ! Si c’est pour être insolent, retourne immédiatement dans ta chambre. Grinça Lina.

 Les yeux de Kaigan se mouillèrent de larmes, mais il ne baissa pas la tête pour autant, nullement effrayé par cette femme.

- Tu n’as aucun ordre à me donner ! Tu n’es pas ma mère ! Répliqua-t-il, aussitôt.

- Si, je le suis. Et tu vas m’obéir ! Va dans ta chambre de suite ! Cria-t-elle à son tour en montrant la chambre du petit.

- Non ! Jamais ! Jamais, je te considérerais comme ma mère ! Je te déteste. Va-t-en ! Pourquoi tu viens nous ennuyer, maintenant ! Hurla-t-il, en larme. Hans et moi, nous n’avons pas besoin de toi.

Lina accusa le coup et elle s’apprêtait à lever la main quand la porte de la chambre s’ouvrit en grand laissant le passage à Akira, vêtu seulement d’un bas de pyjama. Il remarqua évidemment la main à moitié levée de Lina, mais n’en fit aucunement la remarque.

- Je peux savoir pourquoi vous gueulez à trois heures du matin.

 Kaigan, toujours en sanglotant, se jeta sur son oncle et lui entoura la taille de ses petits bras. Akira posa aussitôt une main rassurante sur la tignasse brune. Il fixa son regard vers ceux bleus de Lina sans rien dire.

 Akira pouvait lire sur le visage de sa belle-sœur la souffrance d’avoir été rejeté par son fils, mais le jeune homme ne compatit pas à sa douleur. Lina fit son possible afin de ne pas baisser les yeux face à ceux froids d’Akira, mais céda sous la pression.

 Elle porta sa main à sa bouche pour étouffer un sanglot et s’enfuit vers sa chambre. Elle se sentait vraiment mal. Elle avait l’impression d’être détestée de tout le monde. Elle sentait bien qu’elle perdait Shin aussi. Il ne lui adressait plus la parole. Il l’observait en silence avec des yeux de reproches continuellement. Elle avait peur.

 Akira observa sa belle-sœur s’en aller, en silence, avant de s’agenouiller pour se mettre au même niveau que le petit.

- Tu n’as pas été très tendre avec Lina, dis-moi ! S’exclama-t-il, doucement.

 Kaigan porta ses poings à ses yeux comme pour les essuyer.

- Je la déteste ! Elle veut nous empêcher d’être avec toi. Elle veut nous empêcher de t’appeler papa.

 Akira soupira. Que devait-il faire ?

- Je ne suis pas ton père, Kaigan.

 Les larmes coulèrent encore plus sur les joues du petit. Akira se mordit la lèvre. Il porta une main vers le visage en pleure, et essuya les larmes.

- Lala ! Regarde dans l’état où tu te mets. Si tu veux m’appeler papa, vas-y ! Je ne vais pas m’en plaindre, stupide gamin !

 Kaigan partit en sanglot et se jeta dans les bras d’Akira. Il l’entoura de ses bras, lui caressa la tête pour le calmer. Un bruit de pas lui fit tourner la tête. Il aperçut la silhouette de Hans. Il sourit, malgré lui. Il tendit son autre bras et le petit sourit et s’élança à son tour dans les bras de son oncle.

- Tu as beau dire, hein papa, mais en fait tu nous aimes beaucoup, déclara Hans, dans le cou d’Akira.

- Moi ? Aimer des Sangsues dans votre genre ? Vous voulez rire ?

 Kaigan et Hans se redressèrent aussitôt prêts à pleurer. Akira sourit et reprit :

- Je n’aime pas les sangsues, je les adore.

 Les jumeaux retrouvèrent le sourire et se serrèrent à nouveau contre leur « papa », au risque de le faire chavirer. Akira se redressa finalement et allait rejoindre les petits qui en avaient profité pour aller squatter son lit en chahutant avec Matt, quand un mouvement sur sa droite lui fit tourner la tête.

 Un sourire esquissa ses lèvres et fonça vers la porte entre ouverte. Il se retrouva devant Jeff, les cheveux en bataille. Le garçon baissa la tête.

- Désolé, je ne voulais pas espionner. Je voulais juste savoir si tout allait bien.

 Akira émit un petit rire et attrapa le poignet de Jeff et le tira avec lui jusqu’à sa propre chambre. Matt, la tête posée sur une main, les observait avec un sourire. Kaigan et Hans se trouvaient déjà allongés au centre du très grand lit. En apercevant Jeff, ils l’appelèrent à grand cri. Akira éjecta doucement, l’adolescent sur le lit, et ordonna :

- Allez ! Pas de chichi ! Va te coucher entre les jumeaux !

 Jeff rougit et voulut se redresser, mais c’était sans compter par les jumeaux qui se jetèrent sur lui.

- Allez, viens grand frère Jeff. Tu viens faire dodo avec nous.

- Mais enfin ! Je ne peux pas, voyons !

- Pourquoi ? Aurais-tu peur ? N’as-tu pas confiance en nous ?

- Si, j’ai entièrement confiance, mais…

- Alors, arrête de faire ton râleur et couche-toi ! J’aimerai pouvoir dormir, si cela ne te dérange pas, répliqua Akira, en souriant.

 Jeff hésita un long moment. Il se mordit les lèvres. Il avait vraiment été touché de voir toute l’affection des petits pour leur « papa » de substitution. Il finit par céder sous l’insistance des plus jeunes. Il s’allongea finalement dans le centre entre Hans et Matt d’un côté et Kaigan et Akira de l’autre.

 Contrairement à ce qu’il pensait, il s’endormit rapidement pour ne se réveiller que tard dans la matinée. Aussi loin que remontaient ses souvenirs, il n’avait jamais dormi avec sa mère. Il ne se souvenait pas non plus avoir été pris dans ses bras comme Akira l’avait fait avec les jumeaux.

 Il se réveilla donc en sursaut. Son bras gauche se trouvait ankyloser d’avoir servi d’oreiller à Hans. Le petit dormait toujours. Jeff parvint à se lever sans le réveiller et retourna dans sa chambre pour s’habiller. Il rejoignit ensuite la cuisine où des voix retentissaient. Matt et Shin prenaient tranquillement leur petit-déjeuner, tout en discutant.

 Shin sourit en voyant apparaître l’adolescent. Il s’exclama :

- Bonjour ! Alors bien dormi ?

- Euh ! Bonjour… j’ai bien dormi merci, parvint à articuler Jeff, mal à l’aise.

 Le sourire de Shin s’agrandit et invita le plus jeune à s’installer avec eux. Matt se redressa et ébouriffa la tignasse de Jeff avant de préparer un nouveau petit déjeuner pour son protégé.

- Tu n’as pas à te sentir mal à l’aise pour avoir dormir dans le lit de mon frère avec les petits, murmura Shin, j’aimais bien squatter leur lit quand j’avais ton âge.

- Dis plutôt que tu le faisais exprès pour ennuyer ton frère, répliqua Matt.

- Haha ! C’est un peu vrai. Mais en même temps, dormir avec vous me faisait beaucoup de bien. Si Akira et toi n’aviez pas été là, je ne serais pas là à discuter avec vous.

 Shin, les coudes sur la table, posa sa tête entre ses mains et observa le compagnon de son frère, avec un léger sourire. Matt se pencha et donna un petit coup sur la tête de Shin. Celui-ci grimaça sous le gloussement de Jeff.

- Arrête de dire n’importe quoi, tu veux ! Que vas-tu faire au sujet de Lina, Shin ?

- Je vais demander le divorce.

- C’est vraiment ce que tu veux ?

 Shin baissa la tête et finit par avouer.

- Je suis désolé pour tous les ennuis qu’elle vous cause, mais j’en suis fautif aussi. J’ai trop tardé. Je ne ressens plus rien pour elle et c’est pareil pour elle aussi. Elle m’a trompé et je l’ai trompé aussi. Je la considère plus comme une sœur maintenant. Mais, pour je ne sais quelle raison, elle s’acharne à vouloir me garder.

- Euh ! Peut-être vous aime-t-elle toujours ?

- Je l’ai pensé aussi, mais en fait, elle se leurre parce qu’il y a une chose qu’elle n’arrive pas à assumer.

- Et c’est quoi ? Euh ! Pardon, cela ne me regarde pas.

 Jeff baissa la tête de honte d’être aussi curieux. Matt sourit. Cette curiosité lui rappelait Mili Miori. De l’adolescence à maintenant, cette femme avait toujours été d’une curiosité maladive, à vous mettre mal à l’aise.

- Tu n’as pas à t’excuser, Jeff. S’exclama Shin. Et je t’ai déjà demandé de me tutoyer.

- Euh ! Oui, pardon !

- Haha ! Pour répondre à ta question, elle n’arrive pas à admettre qu’elle soit tombée amoureuse d’une femme. Elle en est tellement perturbée qu’elle agit comme une gamine capricieuse ce qu’elle fait à chaque fois que quelque chose la dérange. À l’époque, j’aimais bien la voir dans cet état, mais maintenant, je n’en peux plus. Je ne supporte plus ses gamineries.

- Alors, Lina t’a trompé avec une femme, c’est cela ? Demanda confirmation Matt.

- Oui, c’est bien ce que j’ai dit. Et je n’en suis pas choqué, mais cela m’a fait comprendre que je me trompais également depuis des années. J’ai pris peur et j’ai fui mes sentiments. J’ai aimé Lina, mais…

- Mais si elle avait été un homme, tu l’aurais aimé encore plus, répliqua alors une voix masculine, près de l’entrée de la cuisine.

 Matt, Shin et Jeff sursautèrent. Akira pénétra plus avant dans la cuisine et s’arrêta juste derrière son frère. Sans prévenir, il lui entoura les bras autour du cou et le serra contre lui. Shin baissa la tête, se mordant les lèvres.

- Je suis peut-être ton frère, Shin, mais je suis celui qui t’a élevé. Tu crois que je ne m’en serais pas aperçu.

- Pourquoi ne m’as-tu pas ouvert les yeux, Aki ? Pourquoi m’avoir laissé faire ma vie avec Lina si tu le savais ?

 Akira serra ses bras un peu plus et répondit :

- Parce qu’il y a des choses où seule l’expérience de la vie permet d’ouvrir les yeux. Si à l’époque, je t’avais prévenu, tu ne m’aurais pas cru, tu aurais monté sur tes grands chevaux, tu serais parti en fureur et je n’aurais plus de nouvelles de toi.

- Ouais. Il n’y a pas à dire, tu es vraiment un bon père Aki. Je me demande si je ne devrais pas t’appeler « papa » également.

- Ah non ! Pas question ! Je te garde comme petit frère pour que je puisse continuer à te martyriser.

 Des bruits de pas retentirent et un Hans en pleur arriva dans la cuisine. Il sauta aussitôt dans les bras d’Akira.

- Allons, allons ! Qu’est-ce qui t’arrive ?

- Snif ! C’est Kai… Kaigan, papa ! Il m’a fait mal en me réveillant.

- Ah ! Lala ! Mais, qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de vous tous ?

- Nous supporter encore longtemps, évidemment, répliquèrent, en même temps, Matt et Shin, sous le sourire de Jeff, ravi d’être dans cette famille.