Le démon, le Saint sadique et l’Ange déchu : 44

 

  Erwan ne se montra pas de toute l’après-midi et de la soirée, d’ailleurs. Pour passer le temps, Luce décida de détapisser la salle à manger, en compagnie d’Edward, d’Alison, de Jeff et de Quentin. Il s’amusa à lancer des petites piques avec Jeff, pour mettre en boîte non seulement Ali et Ed, mais aussi mettre à mal le jeune photographe. Celui-ci passa son après-midi rouge comme un coquelicot. Les deux autres subirent le même sort.

 Alexis continua à tenir compagnie à Ashanti. Elle avait décidé de s’occuper l’esprit. Elle prépara non seulement un gâteau, mais aussi le dîner. Le soleil étant revenu, les deux derniers couples, Ricky, Rulika et Kenny, Maddie, décidèrent de se promener.

 La soirée se passa dans la bonne humeur, entre séances de babyfoot, de billard où Alison, tellement douée, faillit assommer Quentin. Le garçon se demandait sérieusement si on lui en voulait. Ensuite, il eut la séance de cinéma. Gros débat avec ceux voulant regarder un nouveau film d’horreur et ceux voulant un film d’aventures.

 La majorité fut pour le film d’horreur, mais le Roi trancha en râlant. Pas toujours pour les mêmes ! Luce répliqua que leur film serait plus intéressant en deuxième partie de soirée. Le garçon put ainsi se régaler de son film d’action avec de très beaux pirates, bien au chaud entre Jeff et Ashanti. Tous les trois ne se gênèrent pas pour faire des commentaires des plus douteux et pervers sur les acteurs du film, à faire rougir leurs camarades.

 Quand le générique de fin retentit, Luce se leva et salua ses amis. Il gagna sa chambre en compagnie d’Alison et d’Ashanti. Les filles en avaient assez. Elles préféraient éviter de faire de nouveaux cauchemars.

 Luce pénétra dans la chambre individuelle sans allumer. Il parvint indemne jusqu’au lit bien qu’il se cogna le genou, en arrivant.

- Aïe ! Ça fait mal.

- Tu aurais dû allumer, triple andouille, s’exclama, alors une voix ensommeillée.

Luce se mordit les lèvres. Il monta sur le lit pour rejoindre son ami. Il se loupa évidemment et chavira littéralement dans les bras d’Erwan. L’étudiant éclata de rire tout en l’emprisonnant entre ses bras.

- Si tu ne voulais pas me réveiller, c’est raté.

 Luce frotta son visage contre le torse nu.

- Je suis un vrai boulet !

 Erwan glissa ses mains sous le pull faisant frissonner le garçon.

- Mais non ! Juste un p’tit chouia maladroit !

 Luce posa sa tête contre l’épaule en soupirant, et joua avec la fine toison sur le torse.

- Luce ? Avant de t’endormir, tu ferais mieux de venir sous la couette.

 Le garçon se mit à bâiller. Il était bien là. Pourquoi bougeait ?

- Luce ? Rappela Erwan.

 Le garçon soupira. Il se redressa et se déshabilla rapidement. Malgré la pénombre, Erwan put, tout de même, admirer la silhouette de son ange. À cause du froid de la pièce, Luce tremblota. Il se dépêcha d’intégrer la couette et se mouva pour reprendre la place qu’il occupait quelques minutes auparavant, contre le corps bien chaud.

 L’étudiant sentit son corps réagir aussitôt sous le contact de cette peau nue, si désirable. Il laissa ses mains vagabonder à loisir sur le dos, tout en frôlant le plus souvent possible les fesses, bien rebondies.

- Mmmh ? Wan ? Je suis fatigué.

 L’étudiant bougea et fit passer le garçon sous lui. Il lui piqueta le cou, les joues pour finir par l’embrasser en pleine bouche. Luce, à moitié endormi, se laissait faire. Son corps chauffait à bloc et réagissait.

- Aaaaaaaah… Mmmmmh… Wan ! Je veux dormir !

 Erwan gloussa et fit glisser ses lèvres sur chaque parcelle de peau de son Luce. Il ne s’en lasserait jamais.

- Il ne fallait pas me réveiller.

- Mais euh ! Je ne l’ai pas fait exprès !

 Le garçon frissonna de plaisir. Il arrêta de discuter. De toute façon, Erwan voulait le dévorer quoiqu’il dit, alors autant le laisser faire tout ce qu’il veut. Il pourrait dormir, ensuite. Mais la prochaine fois, Luce se promit de faire plus attention. Erwan accepta de le laisser tranquille aux aurores.

 

 À six heures et demie pile du matin, l’étudiant se leva en pleine forme, sans faire de bruit. Luce râla de perdre un peu de chaleur, mais ne se réveilla point. Il changea juste de position. Erwan passa rapidement dans la salle de bain pour une douche froide et rejoignit la cuisine.

 Il fut un peu surpris d’y trouver Jeff, devant une bonne tasse de café.

- Tu es bien matinal, Jeff.

 Le garçon haussa les épaules.

- Je me lève toujours très tôt. Ma mère ne supporte pas les grasses matinées. Et toi ?

 L’étudiant se prépara un solide petit déjeuner avant de répondre. Il s’installa face au mannequin.

- Dormir est une perte de temps.

 Jeff sourit et s’exclama :

- Ah oui ? Pourtant hier, tu as roupillé toute l’après-midi.

- Ah ! C’est la faute de Luce. Il m’a épuisé.

 Jeff se mit à rire.

- Il a bon dos Luce.

 Erwan gloussa à son tour.

- Bien, tu m’accompagnes pour le jogging ? Où tu aurais encore des problèmes fessiers ?

 L’étudiant s’esclaffa de plus belle sous les rougeurs de son ami.

- Tu pourrais avoir l’obligeance d’éviter de m’en rappeler. Je n’ai pas mon punching-ball personnel pour me défouler.

- Haha ! Pauvre Quentin !

- Pfft ! Où tu vois qu’il est pauvre celui-là ! Enfin, bon. Pour répondre à ta demande, je dirais que par pur sadisme, on ne pourrait pas réveiller un troisième larron pour venir courir avec nous ?

- Après, on dira que je suis un démon. Tu ne vaux pas mieux, Jeff !

 Le mannequin esquissa un petit sourire en coin.

- Hein ? Moi, un démon ? Je suis un saint ! Tu ne vois pas mon auréole au dessus de ma tête.

 Erwan secoua la tête en riant.

- On fait une drôle de troupe. Moi, le démon, toi, le saint sadique et Luce, l’ange déchu.

- J’aime bien. Et les autres ?

- Nos brebis égarées à martyriser à fond.

- Chouette ! J’aime encore plus.

 Les deux garçons se sourirent ravi.

- Bon, alors on s’attaque à qui ?

- Alexis ! Non seulement c’est le dernier à s’être couché, mais en plus, c’est un gros dormeur.

- Miam !

 Comme prévu, les deux démons allèrent dans la grande chambre. Ils trouvèrent assez vite le lit d’Alexis. Par geste, Erwan indiqua les jambes à Jeff. Le garçon obéit. L’étudiant eut un sourire de pur sadisme. Il sortit un rouleau de scotch marron et en détacha un morceau. Il le posa délicatement sur les lèvres d’Alexis. Le dormeur ne ressentit rien, mais se réveilla en sursaut comme un malade quand il se fit attraper par les épaules.

 Il se débattit comme un forcené, mais les deux démons l’avaient ficelé comme un saucisson. Alexis avait eu très peur sur le coup. Être réveillé de cette façon, c’était un peu normal comme réaction. Il avait vite reconnu le démoniaque Erwan, mais il mit un temps avant de reconnaître Jeff dans la pénombre.

 Il fut emmené dans la salle de bain et reçut de plein fouet un gros jet d’eau froid. Non pas froide, glacial ! Au moins, il fut réveillé. Ses amis finirent par le détacher. Alexis se demandait : « Devait-il les tuer ? » en les regardant s’esclaffer comme deux idiots.

 En les rejoignant finalement dans la cuisine, Alexis n’arrêta pas d’éternuer faisant glousser les deux autres. Voilà, il allait s’enrhumer à cause de ses deux abrutis.

- Merde ! Pourquoi moi ? Tu ne pouvais pas t’attaquer à ton énergumène, Erwan ou au tien Jeff.

- Peu pas ! Luce est H.S.. Il faut lui laisser le temps de se recharger.

- Peu pas, non plus, sinon il va prendre la poudre d’escampette. Il faut aller pépère avec Quentin.

- C’est dû n’importe quoi ! Vous aurez pu choisir Edward.

- Peu pas, il est déjà assez traumatisé à cause du cahier de Luce.

 Alexis jeta un coup d’œil, ahuri vers l’étudiant. Qu’est-ce qu’il racontait celui-là ?

- Je dis la vérité. Luce et moi, on l’a entendu à notre première nuit dans cette maison.

 Alexis secoua la tête, exaspérée.

- Des monstres, vous êtes des monstres.

 Jeff passa un bras autour des épaules d’Alexis et répliqua :

- Non, gros nigaud. Moi, je suis un saint.

- C’est cela oui ! Et moi, je suis le père Noël !

- Ah ! Oui ! J’imagine bien Alexis en père Noël. Ashanti va en tombée raide dingue.

- Tu parles ! Elle va s’enfuir en hurlant au vieux pervers, s’exclama Jeff, en riant suivi aussitôt par Erwan.

  Alexis les regarda à tour de rôle. Il fallait qu’il se réveille très vite. Il devait surement faire encore un cauchemar. Ce n’était pas possible autrement. Jeff, son ami d’enfance, virait dans le côté obscur. Il allait bientôt devenir aussi démoniaque que l’étudiant en face de lui. Mon Dieu ! Au secours ! Un déjà, bonjour, mais deux, voilà la galère !