Chapitre 2 : Des amitiés naissantes

 

Un mois s’était écoulé depuis la conversation entre Carlin et les frères Miori. Et comme prévu, le garçon s’attira les ennuis, non pas avec Renko ou Youji, mais avec la bande de Marlon. Ses chaussures furent jetées dans l’incinérateur, derrière le bâtiment principal, son sac de sport disparu se retrouva dans une des poubelles près de la piscine. Des petits tracas assez dérangeants, mais contrairement à l'attente d'Akra et de Mili, l’attitude de Carlin ne changea pas le moins du monde, sauf peut-être un léger ennui.

 

Les professeurs savaient très bien que le garçon subissait la tyrannie de certains de ses camarades, mais ils ne firent rien pour y remédier. Ils n’appréciaient pas vraiment cet élève à cause de son attitude renfrognée et surtout agaçante. Mili et Akira n’arrivaient pas à comprendre la raison pour laquelle tout le monde s’acharnait sur lui. Surtout, il ne faisait absolument rien pour mériter leur colère ou leur mépris. Peut-être qu’une certaine jalousie les tenaillait ? Mais malgré toutes les misères qu'il subissait, cela n'empêchait pas Carlin d’être un excellent élève.

 

       Akira baissa son regard sur son petit frère, Shin. Il espérait que celui-ci ne se mettrait pas à pleurer comme à son habitude. La crèche se trouvait assez près du lycée, le jeune homme était donc chargé d’y amener tous les jours son frère. Cela ne le dérangeait pas le moins du monde, il adorait cette petite fripouille sauf quand il pleurait. Ils arrivèrent enfin devant la crèche. Akira aperçut les mamans dire au revoir à leurs enfants. Il les salua d'un sourire chacune. À force d’emmener son frère, il avait fini par les connaître. Une femme assez forte s’approcha avec un sourire pour les deux garçons.

 

- Bonjour Akira ! Tu es en avance aujourd’hui, c’est inhabituel !

 

- Bonjour Madame Rose, comment allez-vous ? Demanda-t-il, sans relever la réflexion.

 

- Très bien mon garçon, j’ai enfin trouvé une remplaçante pour Carlotta. Viens, je vais te la présenter. Ce sera mieux pour Shin si tu es là pour leur première rencontre.

 

Le garçon soupira. Il n’avait pas le choix. Madame Rose l’emmena à l’intérieur en direction de son bureau. Près de la table de travail, une femme d’une trentaine d’années attendait calmement, les mains posées sur les genoux. Elle avait les cheveux d’un noir corbeau attachés en queue de cheval. Cette couleur lui fit penser à quelqu’un. La femme se tourna vers lui et il sut à qui elle lui faisait penser. Ce visage ovale et lisse aux yeux légèrement bridés ressemblait assez à Carlin pour qu'Akira se doute que cette femme devait être sa mère. Un sourire très doux apparu sur les lèvres de l’inconnue quand elle vit l’enfant arriver. Celui-ci lâcha la main de son frère et se dirigea sans aucune peur vers la femme qui lui posa une main sur la tête dans un geste très tendre.

 

- Et bien, Eryna ! Vous avez un sacré charme avec ces enfants !

 

La femme émit un petit rire.

 

- Les enfants sont plus affables que la plupart des adultes. Ils sont si confiants, si attendrissants.

 

- Oui, c’est vrai, mais ce sont aussi de sacrés fripons ! Ah ! Oui, je vous présente Akira Soba, c’est le grand frère de Shin. Ce jeune homme se charge de nous amener son frère tous les matins. Madame Soba vient le récupérer le soir.

 

Eryna tendit sa main libre vers Akira qui la serra avec plaisir. Cette femme était très sympathique. Étrange, la différence entre la mère et le fils ! En parlant de celui-ci, Carlin fit alors son apparition dans le bureau. Il s’arrêta net en voyant Akira. Madame Rose le salua et lui fit signe d’approcher.

 

- Alors mon garçon ? Vas-tu pouvoir faire quelque chose pour notre mur décoré par ces charmantes petites canailles ?

 

Le garçon jeta un coup d’œil à sa mère et s’approcha. Celle-ci leva les yeux et sourit à son fils toujours silencieux. Étrangement, Madame Rose ne s’en offusqua pas le moins du monde. Elle attendit patiemment que le garçon se décide à répondre. Akira en fut très surpris. Au lycée, les professeurs n’avaient pas cette patience. C'est d'ailleurs pourquoi ils n'interrogeaient plus Carlin.

 

Le garçon s’agenouilla face à Shin et lui tendit un bonbon. Shin leva les yeux vers cet inconnu au regard noir perçant. Il pencha la tête légèrement et lui adressa un sourire avant de prendre le bonbon avec plaisir. Akira avait appréhendé ce tête-à-tête, mais c’était la deuxième fois que son frère le surprenait. La majorité de sa classe n’aimait pas le regard noir de Carlin. Certaines filles le trouvaient beau, mais froid et insensible. Akira se rendait compte à présent que c’était faux. Carlin finit par se relever et se tourna enfin vers Madame Rose.

 

- Je vais pouvoir réparer les dégâts causés par le gribouillage. Il faudra juste me dire ce que vous voulez que je crée.

 

- Ah magnifique ! J’ai bien fait d’avoir écouté ta mère, mon garçon. Pour le dessin, je te laisse libre de ton choix. Je te fais confiance !

 

Carlin sembla surpris et en même temps ravi. C’était surprenant. Akira regarda sa montre et se rendit compte qu’il allait être en retard.

 

- Il faut que j’y aille. J’ai été ravi de vous rencontrer, Madame Oda, dit-il en saluant la mère de Carlin.

 

Il embrassa son frère et sortit s’en attendre. Peu de temps après, il se dirigea vers le lycée. Mais au bout d’un moment, il s’arrêta net et se retourna. Carlin se trouvait bel et bien derrière lui, un léger sourire étirant les lèvres. Le jeune homme en fut étrangement troublé sans trop savoir pourquoi. Il attendit qu’il le rejoigne. Ils se dirigèrent ensuite ensemble en silence vers lycée. Finalement, Akira tenta d’engager la conversation avec son camarade.

 

- Ta mère semble très douée avec les enfants.

 

- C’est clair ! Elle les adore !

 

Akira fut ravi que le garçon accepte de lui répondre. Il n’eut pas le temps de reposer une question, son camarade reprit aussitôt la parole :

 

- Tu as de la chance d’avoir un petit frère. Le seul frère que j’aurais pu avoir n’est plus et n’a pas eu l’occasion de voir le jour.

 

La voix de Carlin était d’une telle tristesse. Il lui jeta un coup d’œil, mais rien dans son apparence ne montrait une seule émotion. C’était un peu dérangeant.

 

- Pourquoi ne montres-tu pas aux autres tes expressions ?

 

Carlin leva les yeux vers son ami.

 

- Je ne fais pas exprès, c’est juste que j’ai appris à ne plus les montrer. C’était plus facile à une époque. Je devrais réapprendre à m’exprimer, mais c’est dur de perdre une mauvaise habitude.

 

Le lycée apparut et le visage de Carlin se referma comme une huître. Akira comprit en croisant Marlon et sa bande qui les observaient avec mépris. Un soupir lui fit tourner la tête vers son camarade.

 

- Tu ferais mieux de ne pas m’adresser la parole quand nous sommes au lycée, je ne voudrais pas que tu aies des ennuis à cause de moi.

 

Sur ces mots, Carlin prit la direction du bâtiment principal. Akira voulut l’appeler, mais son regard croisa la silhouette de Renko Miori. Celui-ci suivait Carlin des yeux. Étrange ! Il ne savait pas si les Miori le détestaient ou non, mais en tout cas, ceux-ci ne causaient aucun tort. Il était encore en train de se prendre la tête. Il ne voulait pas se sentir concerner, mais peine perdue, il se faisait quand même du souci. Il pressa le pas et se rendit dans la salle de classe. Il surprit Mili regardant un carnet à dessin. Elle se mordait les lèvres et rougissait légèrement. Qu’avait-elle fait comme ânerie encore ?

 

Elle sursauta en entendant des pas et reposa le carnet sur le bureau comme une voleuse. Elle se tourna ensuite vers l’arrivant avec un sourire un peu crispé. Elle fut soulagée de voir que c’était Akira et non pas le nouvel élève. Elle avait un peu honte d’avoir regardé le carnet, mais sa curiosité avait été trop grande. La surprise quand elle avait vu ces dessins ! Ils étaient magnifiques. Ce garçon avait un talent exceptionnel.

 

- Coucou Aki !

 

- Salut Mili ! Tu as encore laissé ta curiosité prendre le dessus sur la raison.

 

Elle pencha la tête et lui tira la langue. Son ami leva les yeux au ciel. Marlon et sa bande arrivèrent à ce moment-là. Marlon s’approcha du bureau de Carlin et attrapa le carnet.

 

- Tiens donc ! Serait-ce le précieux trésor de notre cher Carlin ?

 

Ses amis et lui ricanèrent comme des idiots. Mili lui fit face et tendit la main.

 

- Donne-moi ce carnet Marlon, il ne t’appartient pas ! S’écria la jeune fille.

 

- De quoi je me mêle, la chieuse ? Tu n’as pas à intervenir !

 

Les autres élèves se tournèrent vers la scène pour observer silencieusement. Aucun d’entre eux ne prendrait le risque de se mettre à dos Marlon.

 

- Repose ce carnet Marlon !

 

- Ah ! Tu t’y mets aussi, Akira ? Que ferais-tu si j’y mettais le feu ?

 

Sur ces paroles, il sortit un briquet et l'approcha du coin du carnet avec un sourire mauvais. Akira se redressa pour agir quand une voix calme retentit :

 

- Qu’attends-tu pour y mettre le feu, Marlon ?

 

Tous se tournèrent vers la porte et y aperçurent Renko Miori appuyé nonchalamment contre le chambranle de la porte. Près de lui se tenait Carlin toujours aussi silencieux comme à son habitude, mais son regard semblait plus sombre. Renko baissa son regard vers le garçon et s’exclama :

 

- Comment vas-tu réagir, Carlin ? La dernière fois, Gustav aussi te l’avait volé, si mes souvenirs sont encore bons.

 

Miori releva les yeux vers un Marlon tremblant légèrement. Il eut un drôle de sourire.

 

- Veux-tu connaître la réaction de Carlin quand il a vu ce Gustav brûler son carnet à dessin ?

 

Marlon éloigna son briquet et jeta le carnet sur le bureau.

 

- Je n’ai pas besoin de le savoir. Je ne suis pas intéressé.

 

- Ah ah ! Je rêve ! Marlon a la trouille. T’en rends-tu compte Carlin ? Tu fous les jetons au caïd des secondes années. C’est vraiment trop drôle !

 

- La ferme Renko ! Fous-moi la paix !

 

Renko se redressa et s’approcha du bureau de Carlin. Il attrapa le carnet et l’emporta.

 

- Je te l’emprunte. Si tu veux le récupérer, il faudra venir me le demander gentiment.

 

Carlin soupira un bon coup et répliqua :

 

- Vous me fatiguez à la fin ! Vous ne pouvez pas me laisser tranquille. Qu’est-ce que j’ai fait au monde pour vous avoir tous sur le dos ?

 

Renko émit un rire et avant de s’échapper vers son étage, il s’écria :

 

- Parce que c’est amusant, évidemment ! Je me demande combien de temps tu vas tenir avant d’en avoir vraiment marre et te mettre en colère. J’ai hâte de voir ça ! Ciao !

 

-  Merde ! S’exclama d’un coup Carlin.

 

Il se dirigea vers sa place et se laissa tomber sur la chaise. Il poussa un soupir à nouveau. Puis, il se tourna vers Mili et Akira.

 

- Merci d’avoir essayé de récupérer mon carnet.

 

Mili en fut toute étonnée, elle eut du mal à trouver ces mots. Akira, lui, ne fit que sourire. Il semblait bien que le nouvel élève commençait enfin à s’intégrer.

 

- De rien. Mais maintenant, il se trouve entre les mains de Miori.

 

Carlin haussa les épaules et esquissa un léger sourire.

 

- On n’y peut rien. J’irai le voir. Je le connais assez pour savoir qu’il ne s’amusera pas à le détruire. Il a toujours joué les rôles de mauvais garçons, mais en réalité, c'est un gentil.

 

Mili eut du mal à le croire. Penser que les frères Miori étaient gentils lui faisait un drôle d’effet. Même, les professeurs n’osaient jamais les contredire.